Séisme en Équateur : le bilan monte à 587 morts

Un bilan diffusé jeudi soir fait état de... (PHOTO JUAN CEVALLOS, SELON AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Un bilan diffusé jeudi soir fait état de 587 morts, 155 disparus et plus de 23 500 sans-abri. Plus de 500 répliques ont été mesurées, dont une secousse inquiétante de magnitude 6,1 mercredi matin.

PHOTO JUAN CEVALLOS, SELON AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
QUITO, Équateur

Le bilan du pire tremblement de terre à avoir ébranlé l'Équateur en une décennie s'est alourdi, jeudi, passant à au moins 587 morts alors que le pays s'apprête à relever un défi de taille : une reconstruction qui devrait prendre beaucoup de temps et coûter des milliards de dollars.

Le président Rafael Correa avait annoncé mercredi qu'il augmenterait les taxes de vente et créerait un impôt spécial pour les millionnaires équatoriens afin d'aider la nation sud-américaine à se rebâtir.

Les dégâts du séisme de magnitude 7,8 frappent de plein fouet l'économie équatorienne, qui souffrait déjà grandement de l'effondrement des cours du pétrole sur les marchés internationaux. Même avant la catastrophe, le pays s'apprêtait déjà à se serrer la ceinture et le Fonds monétaire international prédisait que son économie reculerait de 4,5 % cette année.

Lors d'un discours télévisé diffusé mercredi soir, M. Correa avait prévenu que la période de reconstruction serait longue et coûteuse, et avait insisté sur le fait que les communautés côtières ayant été dévastées par la secousse ne devaient pas être les seules à régler la facture.

Jeudi, les secouristes ont continué à fouiller les décombres dans les localités les plus durement touchées, mais le temps commençait à presser pour les possibles survivants toujours coincés sous les ruines. Selon les autorités, une personne sans blessure grave pourrait en effet tenir tout au plus une semaine sous les débris dans la chaleur équatorienne.

Trois survivants

Le maire de la ville de Manta, Jorge Zambrano, a révélé, jeudi, que trois survivants avaient été secourus la veille, et il a promis de poursuivre les recherches.

« Je garde espoir de retrouver d'autres personnes qui sont toujours vivantes sous les décombres, a-t-il déclaré. Tant que nous aurons même un infime espoir de découvrir des survivants, nous devons travailler avec la plus grande prudence. »

Profitant de l'autorité dont il dispose depuis que l'état d'urgence a été proclamé après le tremblement de terre survenu samedi, Rafael Correa a annoncé que les taxes de vente passeraient de 12 à 14 % pour la prochaine année.

De plus, les Équatoriens qui disposent d'une fortune de plus d'un million de dollars américains devront acquitter un impôt exceptionnel correspondant à 0,9 % de leur richesse. Les travailleurs qui gagnent plus de 1000 $ US par mois devront fournir l'équivalent d'une journée de salaire et ceux qui gagnent plus de 5000 $ US par mois l'équivalent de cinq jours de salaire.

Les impôts des entreprises seront également relevés et M. Correa étudiera la possibilité de vendre certains actifs publics qui n'ont pas été identifiés. Il retirera aussi 600 millions US en crédits d'urgence auprès de la Banque mondiale et d'autres prêteurs internationaux.

Un bilan diffusé jeudi soir fait état de 587 morts, 155 disparus et plus de 23 500 sans-abri. Plus de 500 répliques ont été mesurées, dont une secousse inquiétante de magnitude 6,1 mercredi matin.

Un survol aérien des secteurs concernés permet de constater que certains quartiers ont été anéantis, comme s'ils avaient été bombardés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer