Affaire de meurtres au Honduras: le chef de la diplomatie démissionne

Le ministre des Affaires étrangères Arturo Corrales, en... (Photo ORLANDO SIERRA, archives AFP)

Agrandir

Le ministre des Affaires étrangères Arturo Corrales, en 2012

Photo ORLANDO SIERRA, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TEGUCIGALPA

Le ministre des Affaires étrangères du Honduras, Arturo Corrales, a démissionné vendredi après avoir été éclaboussé par un scandale sur la participation de la police aux meurtres de personnalités influentes, a annoncé la présidence.

Le président Juan Orlando Hernandez « a accepté la démission du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Arturo Corrales », qui était auparavant ministre de la Sécurité et donc responsable de la police, selon ce communiqué.

M. Corrales pourra « consacrer son temps à des tâches spéciales dont pourraient avoir besoin le pays et la société du Honduras », ajoute le texte, sans plus de précisions.

Cette démission surprise survient après les révélations du journal El Heraldo, selon lesquelles un rapport du ministère de la Sécurité reconnaît que de hauts responsables de la police ont commandité l'assassinat du chef de la lutte anti-drogues Julian Aristides Gonzalez en décembre 2009.

Le journal a également révélé l'implication de la police dans les assassinats du procureur Orlando Chavez en avril 2013 et de l'ancien conseiller à la Sécurité Alfredo Landaverde en décembre 2014.

Selon le quotidien, toutes les autorités de sécurité publique entre 2009 et 2014 ont caché les informations concernant ces faits. Une enquête judiciaire a été ouverte.

Arturo Corrales avait été ministre de la Sécurité pendant la première année du mandat du président Juan Orlando Hernandez, du 27 janvier 2014 au 8 janvier 2015, avant d'être promu chef de la diplomatie.

Le scandale a poussé le président Hernandez à demander au Parlement d'approuver un décret en urgence pour accélérer la réforme de la police, initiée après la découverte fin 2011 que de nombreux commissaires faisaient partie de gangs de narcotrafiquants, de tueurs à gage et de voleurs.

Sur les 12 000 membres que compte la police du Honduras, les autorités estiment que 1400 devront en être exclus en raison de leur implication dans des délits.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer