Virus Zika: paillettes et insecticide au carnaval de Rio

Plus de 70 000 personnes ont pris part au... (PHOTO YASUYOSHI CHIBA, AFP)

Agrandir

Plus de 70 000 personnes ont pris part au spectacle présenté au stade Sambodrome de Rio de Janeiro, lundi.

PHOTO YASUYOSHI CHIBA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de 70 000 spectateurs ont bravé le spectre du virus Zika, hier soir, pour aller danser au stade Sambodrome de Rio de Janeiro, aspergé d'insecticide par des employés sanitaires pour l'occasion. Parallèlement, le président américain Barack Obama veut débloquer 1,8 milliard de dollars US pour combattre le virus. Explications.

Plus de cinq millions de personnes doivent prendre... (PHOTO CHRISTOPHE SIMON, AFP) - image 1.0

Agrandir

Plus de cinq millions de personnes doivent prendre part aux festivités entourant le carnaval de Rio, au Brésil.

PHOTO CHRISTOPHE SIMON, AFP

1 million de touristes

Malgré la crainte inspirée par le virus Zika, il n'y a pas eu de vague d'annulations dans le réseau hôtelier pour le carnaval de Rio de Janeiro. «Le taux d'occupation est de 90 %», assure le secrétaire municipal au Tourisme Antonio Pedro Figueira de Mello, selon l'AFP. Dimanche, 11 navires transatlantiques sont arrivés avec 70 000 personnes, un record. Cinq millions de personnes - dont un million de touristes - doivent prendre part aux festivités dans la mégapole brésilienne, qui sera également hôte des Jeux olympiques en août.

Les autorités suggère aux gens de ne pas... - image 2.0

Agrandir

Les autorités suggère aux gens de ne pas embrasser des inconnus étant donné que le virus Zika a été trouvé dans la salive des personnes infectées. 

Défense d'embrasser

Des experts en santé au Brésil ont déconseillé aux gens qui prennent part aux festivités «d'embrasser des étrangers durant le carnaval et les fêtes qui s'y rattachent», puisque le virus Zika a été trouvé dans la salive et l'urine des personnes infectées. L'avertissement est préventif : des études plus poussées devront être menées pour savoir si le virus peut être transmis par ces fluides comme il peut être transmis par les moustiques. Plus de 4000 bébés atteints de microcéphalie ont été recensés au Brésil depuis l'automne, un problème que les experts lient au virus Zika.

Le président américain Barack Obama a dit vouloir... (Photo archives) - image 3.0

Agrandir

Le président américain Barack Obama a dit vouloir débloquer 1,8 milliard pour s'attaquer au virus Zika.

Photo archives

La volonté d'Obama

Le président américain Barack Obama a dit hier qu'il était prêt à débloquer 1,8 milliard de dollars US en financement d'urgence pour la prévention et la recherche sur le virus Zika. «C'est quelque chose que nous devons prendre au sérieux», a souligné M. Obama à CBS, appelant les Américains et les citoyens des pays touchés par le virus à ne pas paniquer. «La bonne nouvelle est que ce n'est pas comme [le virus] Ebola, les gens ne meurent pas du Zika, a-t-il rappelé. Plusieurs personnes l'attrapent et ne savent pas qu'elles l'ont.»

Quarante enfants réfugiés participeront à un spectacle donné... (PHOTO CHRISTOPHE SIMON, AFP) - image 4.0

Agrandir

Quarante enfants réfugiés participeront à un spectacle donné par des jeunes Brésiliens d'une école de Samba. 

PHOTO CHRISTOPHE SIMON, AFP

Syriens à Rio

Quarante enfants réfugiés âgés de 6 à 14 ans en provenance de la Syrie, du Soudan et de la Libye participeront à un spectacle donné par des milliers de jeunes brésiliens de l'école de samba Mangueira aujourd'hui, une première, a déclaré l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). «Danser dans ce monde de fantaisie, de couleurs et de rythmes sera une expérience magique pour eux», a déclaré Vivianne Reis, porte-parole d'I Know My Rights, une organisation caritative liée à l'UNHCR.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer