Accusation contre la présidente argentine: un juge enfin nommé

Cristina Kirchner... (Photo: Reuters)

Agrandir

Cristina Kirchner

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Buenos Aires

Le juge Daniel Rafecas, magistrat respecté en Argentine, sera chargé du dossier dans lequel la présidente Cristina Kirchner est soupçonnée d'entrave à la justice, des accusations lancées avant sa mort par le procureur Alberto Nisman.

Ce magistrat, spécialiste de l'Holocauste, et deux autres juges se sont tour à tour déclarés incompétents, mais le président de la Chambre fédérale Martin Irurzun a tranché mercredi en sommant Daniel Rafecas de se saisir du dossier controversé.

Alberto Nisman, a été retrouvé mort le 18 janvier à la veille de son audition devant le Congrès.

Le 14 janvier, il avait remis à la justice un dossier de plus de 300 pages, dans lequel il accusait le pouvoir argentin d'avoir favorisé l'impunité de dirigeants iraniens, soupçonnés d'avoir commandité l'attentat de la mutuelle juive AMIA (1994, 85 morts).

Nisman, à la tête depuis 2004 d'un parquet spécial pour élucider cet attentat, soupçonnait notamment Mme Kirchner, le ministre des Affaires étrangères Hector Timerman et le secrétaire général de la Campora (le mouvement des jeunesses kirchnéristes) Andrés Larroque et se disait en possession d'écoutes téléphoniques compromettantes.

La procureure Viviana Fein, chargée d'enquêter sur la mort de Nisman, a invoqué un départ en vacances pour se dessaisir du dossier, avant de faire marche arrière devant la pression médiatique.

Mardi, elle avait reconnu, après l'avoir démenti lundi, que le procureur avait un temps envisagé de demander la détention de Cristina Kirchner pour entrave à la justice, après la découverte d'un brouillon de 26 pages, daté du 14 juin 2014, dans une poubelle de l'appartement de M. Nisman.

L'enquête n'a pas déterminé jusqu'à présent les circonstances de la mort du procureur. Les éléments rendus publics laissent penser à un suicide, mais les Argentins n'y croient pas. La majorité est convaincue qu'il a été assassiné, que le pouvoir est impliqué et que l'affaire ne sera jamais élucidée, selon un sondage.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer