(La Havane) Cuba a lancé vendredi une campagne nationale de vaccination contre le coronavirus des enfants et adolescents âgés de deux à 18 ans, une condition fixée par le gouvernement communiste avant de rouvrir les écoles.

Agence France-Presse

Si d’autres pays comme la Chine et le Venezuela ont annoncé leur intention de vacciner aussi les enfants, Cuba, confronté à une hausse de cas qui fait tanguer son système sanitaire, est le premier à le faire.

Cette campagne, menée avec les vaccins cubains Abdala et Soberana, concerne dans un premier temps les adolescents de 12 ans et plus, avant d’être étendue aux enfants de deux à 11 ans à partir du 15 septembre.

« Moi j’ai toujours voulu me faire vacciner » contre la COVID-19, témoigne auprès de l’AFP Laura Lantigua, 17 ans, venue recevoir la première des trois injections prévues au lycée Saul Delgado, dans le quartier du Vedado, à La Havane.

Il y a quelques jours, son établissement a prévenu les élèves via les réseaux sociaux : « ils nous ont dit les horaires et le centre où on devait aller ».

Sur place, des médecins « nous ont mesuré la tension et la température, ils nous ont auscultés et ensuite on a été vaccinés », après il a fallu « attendre une heure, pour voir si on avait une réaction ». Mais « je me sens bien », assure-t-elle.

« C’est vraiment une bonne expérience », renchérit, à ses côtés, Ronald Martinez qui vient juste d’avoir 18 ans : « on sent qu’en étant vaccinés, on peut avoir à nouveau une vie sociale, retrouver les relations qu’on a perdues il y a presque deux ans ».

Et retourner en cours, aussi : les écoles du pays sont fermées depuis mars 2020 et n’ont rouvert que brièvement, pendant quelques semaines, en fin d’année, avant de fermer à nouveau en janvier.

Écoliers et étudiants doivent depuis suivre les cours par l’intermédiaire de la télévision, et devront le faire à nouveau à partir de lundi, jour de la rentrée à Cuba.

Le gouvernement cubain a en effet décidé que les écoles ne rouvriraient pas avant d’avoir vacciné tous les enfants du pays : une fois la campagne terminée, il prévoit de rouvrir les établissements de manière échelonnée, en octobre et novembre.

Dans la soirée, l’agence de régulation des médicaments (Cecmed) a annoncé avoir donné l’autorisation d’usage en urgence du vaccin Soberana 2, l’un des vaccins utilisés dans cette campagne, pour les enfants et adolescents âgés de deux à 18 ans.

L’île de 11,2 millions d’habitants accumule 672 599 cas, dont 5538 décès. À début août, 95 100 mineurs cubains avaient contracté la COVID-19 et sept en sont décédés.

La composition des vaccins cubains, qui ne sont pas reconnus par l’OMS, repose sur une protéine recombinante, la même technique utilisée par la société américaine Novavax.