(Port-Au-Prince) La Police nationale d’Haïti a annoncé vendredi avoir procédé à l’arrestation d’un quatrième agent qui serait impliqué dans l’affaire du meurtre du président Jovenel Moïse.

Associated Press

Selon la porte-parole du service, Marie-Michelle Verrier, ce sont 27 personnes qui ont été arrêtées depuis l’assassinat et d’autres suspects demeurent recherchés en lien avec l’attentat du 7 juillet dernier survenu à la résidence du président.

Neuf autres policiers demeurent détenus pour être interrogés parmi un groupe de 44 suspects dont on cherche à déterminer les rôles joués par chacun dans l’attentat ou encore le niveau de négligence dont ils ont fait preuve dans leurs fonctions respectives.

Les autorités demandent également l’aide de la population pour faire progresser l’enquête. On invite toute personne détenant de l’information au sujet des individus recherchés à communiquer avec les autorités.

Marie-Michelle Verrier souligne que d’importantes récompenses seront remises à toute personne dont les informations mènent à l’arrestation de suspects recherchés. Elle n’a toutefois pas précisé le montant prévu.

Lundi dernier, la police nationale a procédé à l’arrestation de Jean Laguel Civil, qui occupait le rôle de coordonnateur de la sécurité du président Moïse.

Parmi les suspects arrêtés jusqu’ici, 18 sont d’anciens soldats colombiens qui auraient été embauchés comme mercenaires. Les autres personnes recherchées sont notamment un ancien chef rebelle, un ancien sénateur et une juge de la Cour supérieure d’Haïti, Windelle Coq Thelot.

Mais le mystère plane toujours au sujet de l’identité des réels organisateurs et commanditaires du complot qui a nécessité le recrutement de mercenaires colombiens et la participation d’au moins deux entreprises américaines établies en Floride.