(Santa Clara) Plusieurs milliers de Cubains ont défilé dimanche, dans deux villes du pays mais aussi à l’étranger pour ceux qui y résident, pour demander la fin de l’embargo américain, via une caravane de vélos, motos, voitures et cavaliers.

Agence France-Presse

Brandissant des drapeaux cubains et des panneaux disant « À bas le blocus », « Unis pour Cuba » ou « La patrie ou la mort » (slogan de la révolution), les habitants de Santa Clara (centre) ont manifesté dans la matinée, ont constaté des journalistes de l’AFP.

PHOTO YAMIL LAGE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Un défilé similaire était organisé au même moment à Las Tunas (est), selon les médias d’État.

Des manifestations plus modestes de la communauté cubaine à l’étranger ont aussi eu lieu durant le week-end, notamment dans 20 villes des États-Unis, selon la même source.

Une caravane contre l’embargo avait déjà été organisée le 28 mars sur le Malecon, célèbre boulevard côtier de La Havane.

PHOTO ALEXANDRE MENEGHINI, ARCHIVES REUTERS

Défilé à La Havane, le 28 mars

« La manifestation mondiale contre l’embargo est devenue une vague imparable », a assuré sur Twitter le président cubain Miguel Diaz-Canel.

En pleine épidémie mondiale, des milliers de personnes sortent dans les rues pour réclamer aux États-Unis d’éliminer l’embargo.

Miguel Diaz-Canel, président cubain, sur Twitter

Après un rapprochement historique mais éphémère (2014-2016) sous le mandat de Barack Obama, les relations entre La Havane et Washington se sont particulièrement tendues avec Donald Trump, qui a renforcé l’embargo en vigueur depuis 1962.

Le gouvernement américain reproche aux autorités cubaines des violations des droits de l’homme et leur soutien au gouvernement chaviste du Venezuela.  

Et l’espoir que les tensions s’apaisent avec l’élection de Joe Biden s’est peu à peu évanoui, tant il semble que Cuba ne soit en rien une des priorités de la nouvelle administration américaine.

Ces manifestations surviennent alors que Cuba, confronté à une troisième vague de la pandémie de coronavirus, a franchi dimanche la barre des 100 000 cas, avec 101 503 cas dont 591 décès pour 11,2 millions d’habitants.