(San Juan) Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, se dit confiant sur une «réconciliation» après plusieurs manifestations exigeant sa démission, tandis que le président Trump accusait la plupart des dirigeants portoricains d’être «corrompus».

Agence France-Presse

Une vive polémique agite l’île des Caraïbes, territoire américain, depuis que le Centre de journalisme d’investigation a révélé la semaine passée le contenu de conversations sur la messagerie Telegram entre le gouverneur et une dizaine d’autres hauts responsables locaux.

AFP

Ricky Martin a adressé la parole aux manifestants lors d'un rassemblement mercredi.

Selon des extraits publiés par le journal El Nuevo Dia, ces hommes y échangent blagues misogynes et commentaires homophobes. M. Rossello doit notamment s’expliquer sur des messages sexistes et homophobes visant le chanteur portoricain Ricky Martin.

Des milliers de manifestants ont réclamé mercredi la démission du gouverneur et des incidents ont éclaté dans la nuit quand un groupe de manifestants a lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les forces de l’ordre.

«Les manifestations qui ont eu lieu hier dans l’après-midi et la nuit ne sont pas passées inaperçues, ni de ma part, ni de celle de ma famille, et certainement pas de la part du peuple de Porto Rico», a dit M. Rossello dans un communiqué.

Les protestataires ont aussi dit leur colère après la mise en cause de personnalités de l’entourage du gouverneur pour corruption. Ils lui reprochent aussi sa gestion des conséquences de l’ouragan Maria qui a fait 3000 morts en 2017 et a ravagé l’île.

AP

Ricardo Rossello

«Je suis conscient du défi qui se présente à moi en raison des récentes controverses», a ajouté le gouverneur, «mais je crois profondément qu’il est possible de rétablir la confiance et que nous pourrons, après ce processus pénible et douloureux, parvenir à une réconciliation».

Donald Trump, dont les relations sont très tendues avec M. Rossello, s’est invité dans l’affaire jeudi.

«Beaucoup de mauvaises choses sont en train de se passer à Porto Rico. Le gouverneur est assiégé, la maire de San Juan est une personne incompétente et méprisable à laquelle je ne ferais en aucun cas confiance, et le Congrès des États-Unis a bêtement donné 92 milliards de dollars d’aide après l’ouragan, dont beaucoup ont été dilapidés ou gaspillés», a-t-il tweeté.

«Je connais très bien les Portoricains, et ils sont super. Mais beaucoup de leurs dirigeants sont corrompus et volent le gouvernement américain!», a-t-il lancé.