Finance

SADC et CAE

Entrepreneurs, vous n'êtes pas seuls!

Démarrer une entreprise ou un projet de développement économique est un défi plus difficile à relever hors des grands centres : on est confronté à des désavantages comme l'éloignement et le manque de ressources humaines et professionnelles. Du moins, c'était le cas avant la création des SADC et des CAE. Vous ne le savez peut-être pas, mais ces organismes sans but lucratif existent déjà depuis plusieurs années. En voici une brève présentation.

Déjà 35 ans de succès

Vers la fin des années 1970, le contexte économique est précaire. Le gouvernement fédéral lance le programme des Sociétés d'aide au développement des collectivités (SADC) et les Centres d'aide aux entreprises (CAE) dans le but de créer et de maintenir des emplois. Trente-cinq ans plus tard, les SADC et les CAE ont plus que jamais leur raison d'être. Du fait du contexte économique actuel, les entrepreneurs québécois se sentent parfois démunis et ne savent plus vers qui se tourner. Les 67 petites organisations actives au Québec, qui font partie d'un plus grand réseau de 269 organismes répartis dans tout le Canada, constituent la porte d'entrée des entrepreneurs. Leurs équipes sont dirigées par des administrateurs bénévoles, soit à titre d'exemple, des meneurs locaux ou des entrepreneurs.

La proximité est d'ailleurs synonyme de succès pour les SADC et les CAE. Les professionnels se connaissent et s'entraident. Une autre de leurs forces : leur démarche d'accompagnement personnalisé, qui vise à propulser les entreprises régionales et surtout à les soutenir en temps de crise. Les entreprises de moins de 20 employés créent la grande majorité des emplois, d'où l'intérêt de travailler avec et pour elles. Depuis 35 ans, les SADC et les CAE profitent non seulement aux entrepreneurs déjà établis qui désirent prendre de l'expansion ou qui envisagent de se lancer, mais aussi aux projets de développement économique locaux structurants qui permettent de maintenir la population en région.

Les grands enjeux

Il est primordial de garantir le transfert des entreprises dirigées par des dirigeants vieillissants et des entrepreneurs sur le point de partir à la retraite, notamment à l'extérieur des grandes villes. Les SADC et les CAE veillent à ce que des employés au service de ces entreprises, des coopératives ou d'autres entrepreneurs prennent la relève pour faire en sorte que l'économie des régions reste vivace.

Autre défi de taille : le développement durable et sa mise aux normes, de plus en plus exigés par la clientèle. Environ 40 SADC et CAE s'emploient à aider les entreprises à élaborer un plan de développement qui va leur permettre d'intégrer des pratiques d'affaires durables.

Côté nouvelles technologies, le Québec accuse un retard, en particulier au niveau du commerce en ligne. C'est pourquoi les SADC et les CAE encouragent les entreprises à rejoindre le mouvement.

Rester, revenir ou s'établir en région

Certains jeunes entrepreneurs veulent rester en région, d'autres y revenir, d'autres encore, issus des grandes villes, souhaitent s'y établir. Les ressources offertes par les SADC et les CAE leur permettent de prendre leurs propres décisions et de financer leur projet personnel. Les professionnels du milieu sont ainsi en mesure d'assurer le développement des collectivités. En plus de proposer des offres de financement, les organismes travaillent au maintien du marché, de la productivité et de la rentabilité des entreprises. Pour ce faire, elles proposent plus de 200 stages par an dans différents domaines, tant dans des SADC et des CAE que dans des entreprises actives issues des secteurs de l'agroalimentaire, des produits du terroir, du tourisme, etc.

Entrepreneurs ou entrepreneurs en devenir, visitez le www.sadc-cae.ca  pour trouver votre SADC ou CAE local. Toutes les clés de votre réussite vous y attendent.

Partager

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer