Finance

Comment payer moins d'impôt?

Les Québécois ont la facture fiscale la plus salée en Amérique du Nord. Or,... (Crédit photo: Stocksy)

Agrandir

Crédit photo: Stocksy

Les Québécois ont la facture fiscale la plus salée en Amérique du Nord. Or, personne n'aime payer de l'impôt. Bien qu'il n'existe pas de secret pour en payer moins, comprendre l'aspect fiscal de toute décision financière peut faire en sorte qu'au bout du compte, on garde plus d'argent dans ses poches.

Natalia Sandjian, planificatrice financière à la Banque Nationale*  nous explique 4 règles à connaître pour payer moins d'impôt.

1.    Penser impôt, tout au long de l'année

On fait tous l'erreur de ne penser aux impôts qu'au moment de produire sa déclaration de revenus. Il est alors trop tard : on est placé devant le fait accompli, et les stratégies fiscales sont limitées. On devrait plutôt y penser tout au long de l'année, avant chaque décision financière. Même s'il ne s'agit pas d'une réflexion des plus agréables, elle peut s'avérer payante.

2.    Le REER est toujours payant

C'est encore plus vrai si l'on est assujetti à un taux d'imposition élevé, grâce aux déductions possibles sur le revenu. Il vaut même dans certains cas la peine de contracter un prêt REER , c'est-à-dire de temporairement s'endetter pour cotiser. En effet, comme les taux d'intérêt sont bas, il peut être avantageux d'emprunter pour bonifier la cotisation qu'on aurait pu se permettre selon ses liquidités, puis de rembourser dans les douze mois son prêt REER grâce à son remboursement d'impôt.

Finalement, les quelques dollars payés en intérêts auront permis une bien meilleure cotisation à son REER, en plus de réduire l'impôt à débourser. Hélas, beaucoup de gens ne comprennent tout simplement pas le pouvoir des REER d'un point de vue fiscal.

3.    Ne pas laisser d'argent sur la table

Les déductions oubliées dans les déclarations de revenus sont nombreuses. Parmi les plus communes, les frais de transport, les frais médicaux, le coût des activités culturelles ou sportives des enfants, les frais de scolarité, les dons, les investissements pour rénovations écologiques et les frais liés aux investissements. N'est-il pas dommage de passer à côté d'avantageuses déductions, simplement parce que l'on n'en connaît pas l'existence ?

4.    La fiscalité n'est qu'un aspect à considérer

Prendre des décisions d'investissement dans la seule optique de «sauver de l'impôt» est toutefois une erreur. D'autres occasions peuvent être payantes, ou mieux correspondre à ses projets de vie. Par exemple, peut-être préférerait-on un REEE plutôt qu'un REER maximisé, si les études des enfants sont un de ses projets de vie les plus importants.

Ce ne sont là que quelques pistes pour alléger votre facture fiscale. L'idéal est d'avoir un plan défini à long terme qui évolue au même rythme que votre vie personnelle et financière.

Consultez d'autres articles préparés par les experts de la Banque Nationale pour plus de conseils pour vos besoins en épargne et investissement en prévision de votre retraite.

*Les planificateurs financiers exercent leurs activités pour le compte de Banque Nationale Investissements inc. ,filiale à part entière de la Banque Nationale du Canada.

Pour tout conseil concernant vos finances et celles de votre entreprise, veuillez consulter votre conseiller de la Banque Nationale, votre planificateur financier ou, le cas échéant, tout professionnel (comptable, fiscaliste, avocat, etc.).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le défi des finances personnelles

    Finance

    Le défi des finances personnelles

    La règle du gros bon sens veut qu'il faille dépenser moins que ce que l'on gagne. Or, au Canada, pour chaque dollar de revenu disponible en 2014, on... »

  • Planifier sa retraite dès aujourd'hui

    Finance

    Planifier sa retraite dès aujourd'hui

    Planifier sa retraite est une préoccupation pour près de deux tiers des Canadiens. Les autres s'en préoccuperont-ils aussi plus tard... trop tard ? »

  • Un mauvais placement, c'est quoi?

    Finance

    Un mauvais placement, c'est quoi?

    Épargner n'est pas toujours facile. Les Canadiens ont réussi de peine et de misère à mettre de côté 4,9 % de leur revenu en 2014. On devine que «bien... »

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer