Finance

Des ressources pour l'entrepreneuriat en région

Le climat économique actuel peut facilement sembler morose: restrictions... (Crédit photo: Réseau des SADC et CAE)

Agrandir

Crédit photo: Réseau des SADC et CAE

Le climat économique actuel peut facilement sembler morose: restrictions budgétaires, mouvance dans les organismes de développement économique et pertes de services sont devenus une réalité pour de nombreux habitants des régions du Québec.

Pourtant, les jeunes (et moins jeunes!) qui souhaitent mettre de l'avant des projets, démarrer des entreprises et participer à la vie économique de leur communauté sont toujours aussi présents, dynamiques, et portés par leurs rêves. Ceux-ci peuvent par contre parfois en venir à se demander à quelle porte frapper pour obtenir de l'aide, et si des ressources adaptées à leurs besoins existent encore.  

Le Réseau des SADC et CAE

C'est là qu'entrent en jeu les 67 Sociétés d'aide au développement des collectivités et les Centres d'aide aux entreprises (SADC et CAE) du Québec. Fondés en 1981, ces organismes autonomes et sans but lucratif ont près de 35 ans d'expérience dans l'aide au démarrage d'entreprises en région.  

Leur mission est simple : participer au développement de leur collectivité par le développement de l'entreprenariat, et créer de l'emploi. En tout, ce sont 400 professionnels et 1350 bénévoles provenant de toutes les industries et de toutes les sphères de la société qui font partie du Réseau des SADC et CAE. Avec un montant d'actifs de 265 M$, les SADC et CAE aident annuellement plus de 11 500 entrepreneurs des régions du Québec.  

Leurs initiatives sont axées sur le développement local, des questions d'emploi tout comme de relève, et sur la promotion de la culture entrepreneuriale auprès des jeunes avec le programme Stratégies jeunesse qui aide les entrepreneurs de 18 à 35 ans.

Les services offerts sont complets et diversifiés : assistance au démarrage d'entreprise, aide à l'obtention de crédits d'impôt, accompagnement pour la commercialisation et la mise en marché, mise en place de systèmes de comptabilité, recherche de financement...

La principale force des SADC et CAE : leur proximité et leur connaissance du milieu. Chacun des organismes est ainsi géré par un conseil d'administration provenant de la communauté d'affaires et de gens du milieu. Ce conseil peut prendre des décisions non seulement basées sur des indicateurs financiers, mais aussi, et surtout sur la création d'emploi et la dynamisation du milieu.  

Des résultats concluants

Quelques chiffres pour illustrer l'ampleur et la force du réseau SADC et CAE :

•    Au Québec, 1 300 prêts sont octroyés annuellement aux entreprises par les SADC et les CAE, pour un total de 60 M$.

•    3 200 emplois ont été créés et maintenus l'an dernier grâce aux SADC et aux CAE.  

•    Chaque dollar investi en capitalisation par le gouvernement fédéral est multiplié par 18 en retombées par les SADC et les CAE.

Selon une étude de Statistiques Canada1, l'assistance d'une SADC ou d'un CAE est très significative et positive pour une entreprise, comparée aux entreprises similaires n'ayant pas eu recours à ces services ou ce financement :

•    Après 5 ans, le taux de survie des entreprises soutenues par les SADC et CAE est de 82 %, comparé à 63 % pour les autres.

•    En termes de création d'emploi, l'apport des SADC et CAE est capital : 9,1 % de croissance, plutôt que 3,4 % chez les entreprises n'ayant pas reçu d'aide.

•    La rentabilité compte également une différence remarquable : 9,7 % de croissance des ventes pour les petites entreprises ayant eu recours aux SADC et CAE, soit plus du double des autres entreprises (4,7 %).

•    Finalement, la masse salariale se voit aussi bonifiée par l'intervention des SADC et CAE : 12,3 % de croissance au lieu de 6,5 % pour les entreprises n'ayant pas reçu d'aide.

 

Un exemple inspirant

Une entreprise bien de chez nous ayant bénéficié des services d'une SADC : la Ferme Highland Lotbinière. Fondé en 2004, cet élevage bovin éco-naturel est en lien avec sa SADC depuis les touts débuts du projet, ayant d'abord disposé d'accompagnement pour la rédaction de leur plan d'affaires, pour l'apprentissage de la tenue de livres, et pour l'obtention de diverses données sur le marché à développer. Ses propriétaires, Stéphanie Fortin et Louis Philippon, ont également obtenu du financement, tant au démarrage de leur ferme que lors de la croissance de celle-ci, avec les années.

« Dès le départ, la SADC de Lotbinière nous a fait confiance. Ses conseillers nous ont posé des questions pertinentes, qui nous ont amenés à réfléchir sur notre projet, et même à ajuster notre plan pour le mieux », affirme Mme Fortin. La SADC a été la première à croire au grand potentiel du projet; son soutien apporté au fil des ans à la Ferme Highland Lotbinière a permis aux propriétaires de trouver d'autres bailleurs de fonds.

Prêts à vous lancer dans l'aventure? Voici comment joindre votre SADC ou CAE!

1Source : Programme de développement des collectivités, Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Rapport sur le rendement, 2013-2014. Données sur les petites entreprises, compilées entre 2003 et 2011.

Partager

lapresse.ca vous suggère

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer