Emploi

L'art de démissionner avec élégance

Nous sommes tous passés par là. Vous voici exaspéré par un boulot, impatient vis-à-vis d'un employeur exigeant ou incompétent, prêt à tourner les talons en déclenchant derrière vous une spectaculaire explosion de frustration refoulée. Le problème : l'explosion coupera les ponts, et ceux-ci s'avéreront peut-être nécessaires plus tôt que vous ne l'imaginez.

Même si vous vous tournez vers de nouveaux horizons, il vaut mieux ne pas perdre de vue l'importance d'entretenir une bonne relation avec votre ancien employeur. La clé? Démissionnez avec élégance.

Donnez votre avis le plus tôt possible

Si vous êtes certain de démissionner, dans la mesure du possible, ne compliquez pas la vie de votre employeur en ne lui donnant que deux semaines de préavis. Celui-ci pourrait mettre des mois pour pourvoir à votre poste (en présumant qu'il est possible de trouver quelqu'un aussi compétent que vous). Donc si vous savez que vous partez bientôt, pourquoi attendre pour donner votre préavis

Composez une lettre

Plusieurs employeurs exigent une lettre de démission officielle; vous pouvez percevoir celle-ci non pas comme un fardeau, mais bien comme une chance d'exprimer les raisons derrière votre départ et de montrer votre reconnaissance envers l'organisme. Comme le conseille David Maxfield, vice-président à la recherche chez VitalSmarts et auteur de quatre livres à succès selon le New York Times, « dans la lettre en question, ne soulignez pas les aspects négatifs, n'exprimez pas vos plaintes, abstenez-vous d'affirmer "je vous l'avais bien dit". Expliquez plutôt les raisons positives de votre départ ».

Respirez profondément

Avant de soumettre la lettre à votre employeur, évaluez votre état émotionnel. Avez-vous toujours la rage au coeur parce qu'on ne vous a pas offert une promotion ou parce qu'on a partagé avec vous des résultats cinglants à la suite d'une évaluation de rendement? Si oui, ce n'est pas le moment d'ouvrir la bouche. Les travailleurs sous-valorisés sont susceptibles de rêver de foncer en colère dans le bureau de leur employeur, mais ce n'est pas une stratégie raisonnable. « La clé consiste à ne pas annoncer son départ quand on est en proie à de fortes émotions », affirme Janet Frood, conseillère en leadership, accompagnatrice d'équipe et fondatrice de Horizon Leadership. « Il est très important de s'arrêter et de retrouver son équilibre émotionnel afin de créer des conditions favorables à la communication efficace. »

Brillez lors de l'entrevue de fin d'emploi

Il peut être difficile de trouver un juste équilibre entre l'honnêteté et l'attitude positive lors de l'entrevue de fin d'emploi. La plupart des experts soulignent l'importance d'offrir des commentaires constructifs, mais il n'est pas recommandable de considérer ce dernier face-à-face avec votre employeur comme une occasion d'exprimer vos revendications. « La génération actuelle valorise la franchise. Mais il vaut mieux discuter des circonstances menant à votre départ et ne pas se plaindre de ses collègues », constate Gilles Rochefort, président de PMC Coaching.

Faites preuve de reconnaissance

Même si vous détestez votre emploi, il vous a tout de même offert un revenu et des expériences. En y réfléchissant, concentrez-vous sur ce que vous avez appris, les beaux moments et les aspects positifs de votre expérience. Remerciez ceux qui vous ont aidé en cours de route. « Considérez en quoi vous avez pu améliorer la vie de vos clients, les amitiés que vous avez forgées grâce à l'emploi et ce qui vous a plu », affirme Maxfield. « L'idéal, c'est d'être à la fois honnête et optimiste. »

Assurez une transition fluide

Il n'y a personne qui puisse accomplir votre travail comme vous; ainsi, documentez vos responsabilités, les pratiques optimales et le flux de votre travail, et offrez votre appui à la formation, à l'accueil ou à l'accompagnement de votre successeur.

Ne relâchez pas vos efforts

Malheureusement, vos derniers jours de travail ne seront pas des vacances. Au contraire, votre employeur pourrait examiner votre rendement de plus près et notera si vous avez le pied sur l'accélérateur ou si vous descendez la côte en roue libre. « Même vers la fin de votre conversation avec votre employeur, vous êtes encore au travail », constate Maxfield. « Assurez-vous que votre travail se termine sur une note positive. Acharnez-vous à bien travailler jusqu'au moment de votre départ. N'oubliez pas qu'on se souvient surtout des derniers moments. C'est à vous de déterminer quel comportement vous adopterez lors de ces derniers jours, et ce choix révèle votre caractère; soyez un modèle d'élégance. »

Les derniers adieux

Après avoir assemblé vos effets personnels et finalisé les petits détails (votre dernier chèque de paie, votre pension, le retour de tout article en votre possession appartenant à l'organisme), il importe de faire vos adieux à vos collègues sans toutefois vous en aliéner. « Face à vos collègues, adoptez une attitude positive et ne vous vantez pas », affirme Maxfield. Après tout, vos collègues, eux, doivent continuer à travailler à l'endroit que vous quittez!

Vous aimeriez en savoir plus?

Abonnez-vous au bulletin électronique de Workopolis.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer