• Accueil > 
  • XTRA > 
  • Culturel 
  • > « La surpopulation humaine, c'est la maladie. Inferno, c'est le remède. » 
Culturel

« La surpopulation humaine, c'est la maladie. Inferno, c'est le remède. »

Le troisième volet de la franchise cinématographique de Robert Langdon, Inferno, arrive enfin sur nos écrans de cinéma le 28 octobre prochain.

Dans le prochain thriller réalisé par Ron Howard, Tom Hanks reprend le rôle de Robert Langdon et tente de résoudre une nouvelle énigme aux côtés de Felicity Jones. Ils s'uniront afin de contrer les plans du scientifique Bertrand Zobrist et son arme bactériologique qui, selon lui, peut sauver l'humanité d'une catastrophe : la surpopulation.

La surpopulation : une menace crédible?

À quel point l'imminence du danger de la surpopulation tel qu'il est détaillé dans l'univers de Dan Brown est-elle réaliste? À l'heure actuelle, dans le monde entier, nous observons près de 135 millions de naissances et 55 millions de décès par an. Par conséquent, la population mondiale augmente d'environ 80 millions de personnes chaque année.

Tabou, la croissance démographique est un sujet capital qui doit être au centre des réflexions. Par définition, la surpopulation est une condition indésirable où le nombre de la population humaine actuelle dépasse la capacité de charge de la planète. Ce surpeuplement est causé par plusieurs facteurs : un taux de mortalité réduit, des campagnes de vaccination massives et de meilleures installations médicales.

L'apocalypse, source d'inspiration pour Dan Brown

Dan Brown, qui a vendu plus de 200 millions d'ouvrages dans le monde à ce jour, a signé son dernier opus, Inferno, en plaçant la surpopulation au coeur de l'énigme. Le livre a d'ailleurs suscité beaucoup de réactions et s'est classé dans la prestigieuse liste des best-sellers du New York Times pendant plusieurs semaines. L'auteur est reconnu pour exposer des idées avant-gardistes et controversées.

C'est lorsqu'il a pris connaissance que la population de la planète avait triplé que Dan Brown a eu l'idée de mettre en scène un personnage qui prendrait en charge le problème et tenterait de le résoudre par lui-même avec des mesures extrêmes. Le scientifique Bertrand Zobrist est l'ennemi à combattre, mais il n'est ni foncièrement bon, ni foncièrement mauvais. C'est là tout l'intérêt.

Après la sortie du livre, l'auteur a mentionné lors d'une entrevue à la BBC que « Zobrist est un personnage fort intéressant, à la fois un fou et un génie ». Il s'est également confié sur son processus d'écriture : « Il y a des moments dans le roman, ou à tout le moins quand je l'écrivais, où je me surprenais à penser que Zobrist pouvait réellement sauver le monde. La question est de savoir jusqu'où nous devons aller pour arrêter cette menace. »

Est-ce que la surpopulation provoquera la fin de l'espèce humaine, comme le laisse supposer Inferno? Est-ce que la réalité dépassera la fiction? Rendez-vous en salle dès le 28 octobre.

À venir dans la lapresse.ca : d'autres articles contenant des exclusivités et des faits intéressants sur Inferno!

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer