Culturel

Transparent et la réalité des personnes transgenres

À la veille de présenter la série Transparent pour la première fois au Québec, ICI ARTV s'est intéressée à la question et a rencontré trois personnes transgenres d'ici, qui partagent leur expérience avec beaucoup d'honnêteté et de candeur. Un beau moyen de réaliser qu'à la télé comme dans la vraie vie, les enjeux principaux demeurent les mêmes.

Fox, Lucas et Monica : trois parcours uniques

Dans les capsules, on fait la connaissance de Fox, 17 ans, Lucas, 25 ans, et Monica, 57 ans. Trois individus de différents milieux et de différentes générations, montrant bien toute la diversité et la complexité du phénomène.

Fox, un artiste en devenir, ne se considère aujourd'hui ni comme un garçon ni comme une fille, mais plutôt comme « agenre ». Son message est simple : tout le monde peut être ce qu'il veut être, peu importe les diktats de la société! Il ne souhaite pas que son identité soit limitée par un genre, ni par aucun stéréotype. Le soutien de sa mère Akiko, avec qui la complicité est évidente, n'a pu que lui être bénéfique tout au long de son évolution; Akiko aide maintenant d'autres familles à vivre cette transition à travers l'organisme Enfants transgenres Canada, qu'elle a cofondé.

Voir son portrait

Lucas, un musicien et DJ d'origine française nouvellement installé à Montréal, assure qu'il a trouvé ici une communauté de gens qui le soutiennent. Le jeune homme affirme s'être « choisi lui-même », après plusieurs années d'inconfort. En couple avec une femme cisgenre, il tente de percer dans le domaine de la musique. On peut entendre ses compositions à saveur hip-hop sur SoundCloud.

Voir son portrait

Monica a quant à elle amorcé sa transition plus tard dans sa vie, après avoir eu deux enfants. Cela ne signifie pourtant pas qu'elle renie ou regrette son passé d'homme, avec lequel elle est en paix. Elle est devenue conférencière, ainsi que présidente de l'ATQ (Aide aux Trans du Québec).

Lexique du phénomène transgenre

Agenre : Une personne qui s'identifie comme n'ayant pas d'identité associée au genre. Ces personnes souhaitent que leur genre ne soit tout simplement pas considéré dans leur identité, préférant plutôt aller « au-delà du genre » et n'appartenir à aucune catégorie.

Cisgenre : Une personne dont l'identité de genre correspond bien à son sexe de naissance, donc qui ne se considère pas comme transgenre. On voit parfois également l'abréviation « cis », comme dans « un homme cis ». Cis est un préfixe latin, signifiant « du même côté »; c'est donc le contraire du préfixe « trans ».

LGBT : L'acronyme le plus souvent utilisé pour désigner la communauté Lesbienne, Gaie, Bisexuelle et Transgenre.

Queergender : Un terme générique qui englobe différentes expressions de genre non-normatives. On peut donc y retrouver des personnes qui se considèrent agenres, des personnes dont l'identité de genre est fluide, ou encore qui s'identifient à deux genres ou plus. En anglais, le mot queer désigne depuis longtemps les personnes dont le genre et la sexualité ne correspondent pas à la norme.

Transgenre : Une personne qui s'identifie à un autre genre que celui assigné à sa naissance. Le terme est très ouvert et large : il peut désigner une personne qui a subi une chirurgie de réattribution sexuelle et a officiellement changé son identité, mais également une personne qui amorce sa transition et décide simplement d'adopter une identité de genre différente de celle qu'elle menait auparavant.

Transsexuel : Une personne dont l'identité sexuelle ne correspond pas à son sexe de naissance. Il existe un certain flottement entre ce terme et le terme transgenre, qui sont parfois utilisés comme des synonymes. Toutefois, la communauté transgenre préfère généralement (mais pas systématiquement) ce dernier terme, parce que « transsexualité » peut uniquement évoquer le côté intime et sexuel, alors que la notion de genre est beaucoup plus large et inclusive.

Historique / Ligne du temps

1952 : Christine Jorgensen, ex-militaire américaine, devient la première femme connue à subir une chirurgie de réattribution sexuelle au Danemark. À son retour aux E.-U., elle devient une célébrité et agit comme « porte-parole » des personnes transgenres.

1965 : Le psychiatre John F. Oliven publie Sexual Hygiene and Pathology, dans lequel il introduit le terme transgenre, expliquant que le terme « transsexuel » peut porter à confusion, étant donné que la sexualité n'est habituellement pas un facteur important dans l'équation.

1966 : Le Dr. Harry Benjamin publie The Transsexual Phenomenon, un livre qui explique comment peut s'effectuer la transition médicale chez les transgenres.

1969 : Les émeutes de Stonewall, un bar gai de New York, marquent le début des revendications LGBT.

1987 : Le DSM III, le plus important manuel de référence en psychiatrie, ajoute la notion de           « dyiphorie d'identité de genre » pour classifier les personnes transgenres.

2005 : La Californie devient le premier État américain à couvrir les frais de santé reliés au changement de sexe.

2009 : La Régie de l'Assurance Maladie du Québec commence à défrayer les personnes des coûts liés aux chirurgies de réattribution de sexe. La personne qui le désire doit présenter deux rapports psychologiques concluant que ces procédures sont nécessaires à son bien-être.

2013 : Toujours au Québec, la loi 35 permet aux personnes transgenres de changer leur nom ainsi que leur genre pour tous leurs papiers officiels, sans qu'il soit nécessaire d'avoir recours à la  chirurgie.

La série dramatique Transparent sera présentée pour la première fois au Québec sur les ondes d'ICI ARTV à partir du 28 janvier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2320429:box

publicité

la boite:2333426:box
la boite:2320468:box
la boite:2334608:box

publicité

publicité

image title
Fermer