Un Québécois arrêté après avoir distribué des dons aux sinistrés à Cuba

Carl-Michel Cloutier a été arrêté après avoir distribué des... (PHOTO FOURNIE PAR CARL-MICHEL CLOUTIER)

Agrandir

Carl-Michel Cloutier a été arrêté après avoir distribué des dons aux sinistrés de l'ouragan Irma à Cuba.

PHOTO FOURNIE PAR CARL-MICHEL CLOUTIER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Ducas
La Presse

Arrêté, interrogé pendant quatre heures, menacé d'emprisonnement et de ne pouvoir quitter le pays, dépouillé de sa caméra et de son cellulaire : un Québécois qui s'est rendu à Cuba pour y distribuer des dons recueillis pour des sinistrés de l'ouragan Irma dit avoir vécu un « calvaire » aux mains des autorités cubaines.

Rentré à Montréal hier, Carl-Michel Cloutier, pourtant un habitué de Cuba et marié à une Cubaine, affirme qu'il n'y remettra plus les pieds, à la suite de cette expérience angoissante. «J'ai pensé que j'allais finir en prison», raconte-t-il.

Le bon Samaritain avait pourtant informé l'ambassade de Cuba au Canada du but de son voyage, parce qu'il souhaitait que sa cargaison humanitaire soit exemptée de tarifs douaniers à son arrivée à La Havane, le 21 septembre.

La consule de Cuba à Montréal, Mara Bilbao Díaz, ne lui avait rien promis à ce sujet. Mais elle lui avait remis un document à l'intention des autorités douanières, indiquant qu'il transportait 15 valises de 25 kg chacune, contenant «une cargaison de dons de vêtements d'occasion, de jouets et de nourriture en conserve pour les victimes de l'ouragan Irma dans le village d'Isabela de Sagua, dans la province de Villa Clara».

«M. Cloutier a été dûment informé de la réglementation douanière cubaine en ce qui concerne les importations de voyageurs. Veuillez utiliser ce document comme une note d'information», a aussi écrit la consule dans la lettre.

Carl-Michel Cloutier est finalement arrivé avec 19 valises de marchandise à distribuer, mais il a pu entrer au pays avec neuf d'entre elles seulement, avec sa belle-mère et son ami Patrick Ménard, en payant des droits douaniers de 100 pesos convertibles (125 $CAN). Les 10 autres valises sont restées à l'aéroport.

La famille de sa femme habite la province de Villa Clara, non loin du village d'Isabela de Sagua, où 70% des bâtiments ont été détruits au passage de l'ouragan, le 9 septembre. Pour aider les sinistrés, ils ont recueilli des dons dans leur entourage ainsi qu'à l'école Albert-Schweitzer et chez Voyage LM, à Saint-Bruno-de-Montarville.

Carl-Michel Cloutier et Patrick Ménard ont pu distribuer une partie de ces dons la semaine dernière dans le village ravagé.

Dévastation «extrême»

«La dévastation était extrême, les maisons complètement détruites ou éventrées par l'ouragan», a-t-il écrit, dans un échange de messages textes, après sa visite. «Des familles tentaient de ramasser ce qu'il restait. Des gens dormaient sur un lit avec leurs enfants, au milieu de leur maison sans toit ni murs. La scène était effroyable.»

«Nous avons distribué les dons, et plusieurs ont partagé leurs histoires avec nous. Ils étaient extrêmement reconnaissants, mais c'était très dur pour Patrick et moi de constater ces drames humains.»

Après la distribution, lors d'un contrôle routier, les deux hommes et la belle-famille de M. Cloutier ont cependant été arrêtés par des policiers et amenés au poste de police, où leurs téléphones et caméras ont été confisqués.

«Un homme en tenue militaire du ministère de l'Immigration et un autre, habillé en civil, de la Sécurité nationale, m'ont questionné pendant plus de quatre heures sur notre visite et les dons que nous avons faits, raconte Carl-Michel Cloutier. Ils m'ont expliqué que c'est illégal de faire des dons humanitaires sans passer par le gouvernement.»

«J'ai été traité comme un criminel»

Selon le Québécois, l'ambiance était très tendue et l'interrogatoire, mené sur un ton rude. «J'ai été traité comme un criminel», dit-il.

Se débrouillant tant bien que mal en espagnol, il a fait comprendre à ses interlocuteurs qu'il avait un document diplomatique du consulat de Cuba à Montréal expliquant sa mission humanitaire, et il a été escorté à la maison de sa belle-famille pour aller le chercher.

M. Cloutier a été relâché au bout de six heures.

Inquiets, les deux Québécois ont quitté la ville pour se rendre à Varadero, où se trouve un consulat canadien.

Le lendemain, Carl-Michel Cloutier a reçu un appel de sa belle-famille : la police demandait qu'il retourne rencontrer les autorités, sans quoi il ne pourrait quitter le pays et sa belle-famille pourrait être arrêtée.

« Nous avons vécu beaucoup de stress avant que le personnel du consulat canadien nous confirme, 24 heures plus tard, que nous n'aurions pas de problème avec la justice », conclut-il, soulagé.

«Pas recommandé de voyager à cuba avec des dons»

D'autres Québécois ont manifesté leur intention de venir en aide aux sinistrés en se rendant sur place dans les prochaines semaines, ce que leur déconseille M. Cloutier.

L'ambassade de Cuba à Ottawa n'a pas donné suite à nos nombreuses demandes d'explications sur les règles à respecter à cet égard. «Tous les visiteurs à Cuba doivent se conformer aux règlements», a simplement indiqué la première secrétaire de l'ambassade, Mariem Martinez, promettant plus de détails, qui ne sont jamais venus.

«Il n'est pas recommandé de voyager à Cuba avec des dons sans avoir d'abord pris des arrangements fermes par l'entremise d'un partenaire officiel en avance», a répondu par courriel une porte-parole d'Affaires mondiales Canada, à la suite de nos demandes d'information à l'ambassade du Canada à La Havane. «Les douanes cubaines peuvent saisir tout objet importé qu'elles ne considèrent pas comme devant servir à l'usage personnel du touriste et peuvent imposer des droits élevés relativement aux bagages personnels dont le poids dépasse 30 kg ou aux médicaments qui dépassent les 10 kg.»

Le Ministère souligne que la meilleure façon d'aider les populations touchées par une tragédie est d'offrir des dons en argent aux organisations humanitaires déjà actives sur le terrain.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer