Sur le site internet de la Corporation du Mont-Ham, gestionnaire des sentiers pédestres sur la montagne du même nom, apparaîtra prochainement un nouveau logo rectangulaire, dans lequel il sera écrit «certifié 2011». Le but du panneau: indiquer aux randonneurs que ce réseau de sentiers respecte les normes de qualité mises de l'avant par la Fédération québécoise de la marche (FQM).

Publié le 26 mars 2011
Simon Diotte, collaboration spéciale LA PRESSE

Après les produits écologiques et la foresterie, voilà que les sentiers de randonnée pédestre comptent maintenant leur programme de certification. Jusqu'à maintenant, 22 gestionnaires de sentiers ont obtenu la Certification des réseaux pédestres, à la suite d'une inspection incognito réalisée par un bénévole de la FQM, l'organisme qui fait la promotion de cette activité au Québec.

Les inspecteurs évaluent les sentiers selon une trentaine de critères, comme la largeur minimale des sentiers, la structure de l'accueil, la fréquence des balises, la présence d'un stationnement et la qualité des cartes fournies. Comment perdre des points? Si on n'a pas de carte à fournir aux randonneurs, l'expérience part très mal. Même chose si on remarque l'absence de signalisation aux jonctions. «Les randonneurs qui s'aventurent dans un réseau certifié ont de bonnes chances de vivre une expérience agréable, sans se perdre dans la nature», explique Pierre Duff, responsable de ce dossier à la FQM.

Pourquoi cette certification? Daniel Pouplot, président et directeur général de la FQM, explique qu'il répond à deux objectifs: normaliser l'aménagement des sentiers et aider les gestionnaires à satisfaire les besoins du public. «Les randonneurs sont de plus en plus exigeants. Ils voyagent partout sur le globe et s'attendent à retrouver des infrastructures de qualité similaires au Québec», dit-il.

La certification n'est pas obligatoire. Seuls les gestionnaires de réseau qui en font la demande (et qui paieront les frais de 200$ associés à la certification) recevront la visite d'un inspecteur. Les parcs nationaux, qui possèdent déjà leurs propres normes, ne sont pas visés par ce programme volontaire.

S'agit-il aussi d'un outil de promotion? Tout à fait. Jean Girard, directeur général de la Corporation du Mont-Ham, entend profiter de cette certification, qu'il vient tout juste d'obtenir, pour faire croître la popularité de son réseau. «Ça confirme l'excellente qualité de nos sentiers. J'espère que ça va nous aider à convaincre les Montréalais de faire deux heures et demie de route pour venir les arpenter», conclut-il.

Consultez la liste des réseaux certifiés sur le site de la Fédération québécoise de la marche (www.fqmarche.qc.ca) sous l'onglet «organisations affiliées»