Oublions un instant la neige, le froid, Winnie l'ourson et les Jets fraîchement revenus. Désormais, c'est à une vivifiante scène d'art contemporain qu'il faut associer Winnipeg, scène dont la réputation a déjà traversé les frontières canadiennes grâce au travail de ses artistes les plus reconnus. Visite dans le Winnipeg cool.

Publié le 24 avr. 2012
Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

«Ces temps-ci, quand les amateurs d'art étrangers parlent de l'art canadien, ils veulent généralement dire l'art de l'Ouest canadien», résumait le magazine Maclean's l'an dernier, dans un article intitulé «New York, Paris, Berlin... Winnipeg?» sur l'étonnante scène qui émerge de la capitale du Manitoba.

Surtout, Winnipeg exporte son art. Les Marcel Dzama (aujourd'hui établi à New York), Sarah Anne Johnson, Jon Pylypchuk, Michael Dumontier et plusieurs autres retiennent l'attention des amateurs. Une vaste rétrospective du travail de 70 représentants de la scène locale, baptisée My Winnipeg (titre emprunté à un film de Guy Maddin), est présentée ces jours-ci dans une galerie du sud de la France, après avoir passé plusieurs mois à la réputée Maison rouge de Paris. Voici donc quelques endroits pour prendre le pouls de la scène artistique de Winnipeg.

Plug In Institute of Contemporary Arts

À cinq minutes du centre-ville sur l'avenue Portage se tient l'immeuble tout neuf abritant le poumon de la communauté d'artistes visuels de Winnipeg, le Plug-In Institute of Contemporary Arts. À la fois centre d'exposition et atelier de création, le Plug In a fusionné avec l'Université de Winnipeg en aménageant dans ses nouveaux locaux modernes.

L'aventure du Plug In prend racine en 1972, quand une petite communauté réagissant à la rigidité des institutions décide de se doter de lieux de travail et d'exposition à son image. Il y a donc quelque chose de symbolique à voir le Plug In désormais voisin du Winnipeg Arts Gallery (WAG), un autre musée qui vaut le détour... si on s'intéresse à l'art inuit.

Les deux salles d'exposition du Plug-In ouvrent assez tôt le matin, cependant si vous choisissez d'y commencer votre journée, profitez-en pour prendre le petit-déjeuner au Stella's Café, collé sur la galerie. Branché, animé, décoré avec goût, on se croirait au café Laïka, à Montréal.

Pendant notre visite, l'oeuvre récente de Michael Dumontier était à l'honneur, dans une exposition d'installations et de sculptures minimalistes baptisée A Moon or a Button. Une seconde exposition présentait les autres artistes montants de la scène locale, et leurs oeuvres, peintures, sculptures, installations, souvent axées sur les objets du quotidien, pétillantes d'originalité et d'esprit et accessibles au profane.

_________________________________________

Plug In: 460, av. Portage, 204-942-1043, plugin.org

WAG: 300, boul. Memorial, 204-786-6641, wag.ca_________________________________________

Exchange District

L'Exchange District, sans doute le plus joli quartier de la capitale manitobaine, et ses nombreuses galeries forment le deuxième centre nerveux de l'art contemporain de Winnipeg.

Le quartier est en fait un véritable paradis pour amateurs de galeries d'art: il y en a à tous les coins de rue. L'architecture héritée de la révolution industrielle, les nombreux cafés, disquaires, antiquaires et autres petites boutiques, rappellent un peu le Vieux-Montréal. C'est dans les chouettes petites rues de ce quartier central que se tient en juillet le Winnipeg Fringe Theater Festival, l'un des plus importants au Canada

Le quartier doit son nom au coeur du marché canadien du grain qu'il fut jusqu'en 1918. Centre financier important de l'Ouest canadien, Winnipeg abritait alors des centaines d'entreprises. Aujourd'hui, les anciens entrepôts de briques rouges ont été reconvertis. Pour passer une journée à flâner, c'est vraiment le quartier idéal.

Pour un des meilleurs cafés en ville, on ne saurait trop vous recommander le Parlour Coffee, petit, chaleureux, décoré avec beaucoup de goût. Bien sûr, le Parlour fait aussi office de salle d'exposition - jusqu'à la fin avril, l'artiste William Eakin est à l'honneur sur les murs blancs du café. Le Exchange Café, caché sur la petite avenue Bannatyne, au rez-de-chaussée d'un édifice construit en 1886, sert également d'excellents paninis et des espressos bien tassés.

Dans Exchange District, les vestiges de l'ère industrielle se marient à l'art grâce aux nombreuses murales publicitaires qui tapissent les façades des édifices. Plusieurs de ces immeubles sont d'ailleurs classés bâtiments historiques.

Enfin, les galeries. On en dénombre au moins deux douzaines, sans compter les salles d'exposition de cabinets d'architectes ou les boutiques de design haut de gamme. Marchand d'art proéminent, le Mayberry Fine Art de l'avenue McDermot vaut le détour. Idem pour Aceart, toujours sur McDermot, incontournable galerie pour l'art contemporain. Les arts numériques seront exposés au Platform 121, rue Arthur.

____________________________________________

exchangedisctrict.org

Parlour Coffee: 468, rue Main, parlourcoffee.ca

Exchange Café: 137, av. Bannatyne, 204-688-3341, exchangecafe.ca

Mayberry Fine Art: 212, av. McDermot, 1-877-871-9261, mayberryfineart.com

Platform 121: 121-100, rue Arthur, 204-942-8183, platformgallery.org

____________________________________________

Saint-Boniface


Une visite à Winnipeg serait incomplète sans un détour de l'autre côté de la rivière Rouge, à Saint-Boniface. Un peu comme sur Montmartre à Paris, ou Cambridge à Boston, on s'y sent ailleurs, dans une autre ville dans la ville.

Bien que l'art contemporain n'y soit pas aussi vivant qu'à Winnipeg même, il faut souligner le travail de l'architecte Étienne Gaboury, d'abord remarquable pour l'allure céleste du pont piétonnier de l'esplanade Riel, symbole d'un trait d'union entre deux communautés linguistiques. Parmi ses oeuvres les plus célèbres: l'architecture de la nouvelle cathédrale de Saint-Boniface et son spectaculaire toit en spirale, ou cette statue de son ancêtre Louis Riel exposée devant le Collège universitaire de Saint-Boniface.

C'est sur l'artère principale de la ville, le boulevard Provencher, qu'on retrouve cafés (le Garage sert d'excellents burgers de bison!), boutiques, et le Centre culturel franco-manitobain, le coeur culturel de la communauté francophone où se produit notamment le Cercle Molière, la plus ancienne compagnie théâtrale francophone au pays. Pour la meilleure cuisine française, cherchez le discret bistro Chez Sophie, avenue de la Cathédrale. L'une des meilleures tables en ville!

___________________________________

Centre culturel franco-manitobain: 340, boul. Provencher, 204-233-8972, www.ccfm.mb.ca

Chez Sophie: 248, av. de la Cathédrale, 204-235-0353, chezsophie.net

Le garage: 166, boul. Provencher, 204-237-0737, garagecafe.ca

____________________________________

La Fourche


Avant d'atterrir au Richardson International Airport, un coup d'oeil par le hublot donne la mesure de cette ville, étendue comme trop peu de confiture de baies de Saskatoon (une spécialité locale) sur une trop grande tranche de pain. S'y croisent en plein centre les rivières Rouge et Assiniboine, à cet endroit qu'on a baptisé la Fourche (the Forks), seul accident géographique dans ce paysage plat comme un certain pays.

Il s'agit du lieu de naissance de Winnipeg, le croisement de ces rivières ayant servi de poste de traite, et quelques siècles plus tôt, de lieu de rencontre pour les peuples autochtones. Aujourd'hui, le site est un populaire rendez-vous des Winnipégois, avec esplanade, terrasse l'été, et patin sur glace l'hiver.

L'ancienne gare de triage a été reconvertie en marché public - moins dans l'esprit du marché Jean-Talon, plus comme un petit centre commercial où l'on trouve des produits spécialisés, bios et régionaux... et de l'excellent café bio, au rez-de-chaussée, chez Human Bean Coffee&Tea Shop. Tout près de là, vous serez attirés par l'odeur de la brioche à la cannelle sortie des fourneaux du Grass Roots Prairie Kitchen, boulangerie d'exception très fréquentée.

Enfin, une fois sur place, portez votre regard en direction de la rivière Rouge et du pont piétonnier: vous verrez s'ériger le futur Musée canadien des droits de la personne, dont l'ouverture est prévue en 2014. Vu de l'extérieur, l'édifice est impressionnant - une belle pièce d'architecture qu'il est d'ailleurs déjà possible de visiter, soit en solo et avec son téléphone intelligent pour guide, soit en groupe organisé (il faut réserver à l'adresse humanrightsmuseum.ca).

_________________________________________

La Fourche/The Forks: rue Waterfront, 204.942.6302, www.theforks.com