Le Japon a longtemps misé sur l'exportation dans le domaine de l'ingénierie et des nouvelles technologies - des voitures à l'électronique - mais ce modèle économique peine à survivre et l'économie nipponne s'est donc tournée vers l'autre secteur porteur à exporter, les dessins animés.

Mis à jour le 14 oct. 2009
Relax News AGENCE FRANCE-PRESSE

Les premiers dessins animés japonais datent du début du 20e siècle, mais les mangas (dont beaucoup de titres ont été adaptés en version animée pour la télévision) ont connu un véritable boom depuis les années 1970. Ce succès est depuis devenu planétaire, et les fans de mangas de par le monde rêvent de visiter l'Empire du Soleil Levant, lieu de naissance de personnages tels que Astro le petit robot, Gundam, Naruto, et San Goku.

«Les Japonais sont toujours très heureux de voir que les étrangers s'intéressent vraiment à leur culture et ont tout absorbé du 'Japon cool', on peut véritablement parler d'un boom,» estime Gavin Blair, le correspondant au Japon du quotidien The Hollywood Reporter.

Deux des destinations touristiques les plus prisées des «otaku» étrangers (le terme japonais désignant les «geeks») sont Akihabara, Takadanobaba (le lieu de naissance d'Astro), et Nakano Broadway, qui est devenu la Mecque des fans du genre.

Il existe maintenant des visites guidées de ces lieux de pèlerinage, avec des circuits de trois heures à travers les librairies, les boutiques spécialisées dans les costumes de personnages de manga, des boutiques de posters et le musée Suginami dédié à l'animation japonaise.

Certaines entreprises étrangères offrent des formules similaires, proposant des visites de studios d'animation (il en existe environ 230) et des 23 musées sur le même thème, ainsi que des visites des lieux emblématiques décrits dans les mangas, tels que la Tokyo Tower et le centre commercial Shibuya 109.

Le salon du jeu vidéo de Tokyo est également un événement qui attire les fans de manga et de cosplay (l'art de se déguiser en personnage de manga), et le nombre de visiteurs venant de l'étranger est en hausse.

Isaac Lew, le fondateur de l'agence Intermixi Tours, basée à Los Angeles, a récemment expliqué au magazine que nombre de ses clients économisent pour visiter le Japon à maintes reprises. "Ils ont vu le dessin animé, lu le manga, joué au jeu vidéo et regardé les dramas - ils ont maintenant besoin de vivre l'expérience du Japon, le pays qui a donné naissance à tous ces genres qu'ils ont tellement apprécié", dit-il.

La bonne nouvelle pour les tour-opérateurs et les coffres de l'Etat, c'est la sortie récente du remake d'Astro Boy (ainsi que les rumeurs qui l'accompagnent, sur la production d'une version jouée par de vrais acteurs si le vénérable petit robot s'avère remplir les salles), sans oublier l'annonce du nouveau projet de long-métrage du Studio Ghibli, dont le titre en anglais est The Bamboo Cutter.

Sites: www.intermixi.com et http://bwy.jp/