La Fondation des maladies du coeur réclame du gouvernement du Canada qu'il légifère en matière de gras trans dans l'alimentation canadienne.

LA PRESSE CANADIENNE

Après la publication du rapport du Groupe de travail sur les gras trans, Santé Canada avait accordé à l'industrie alimentaire un délai de deux ans afin qu'elle réduise la quantité de ces gras provoquant l'occlusion des artères utilisés dans les aliments. Le 20 juin prochain marquera la fin de cette période de grâce de deux ans.La Fondation affirme que les résultats de la surveillance des données à ce jour démontrent que les niveaux de gras trans que contiennent les aliments au Canada n'ont pas suffisamment baissé.

La Fondation rappelle que le gouvernement avait promis qu'il surveillerait la présence de gras trans dans l'alimentation canadienne tous les six mois et qu'une réglementation serait introduite afin d'interdire à toutes fins pratiques les gras trans si les progrès s'avéraient insatisfaisants.

Une forte consommation de gras trans fait tripler les risques de maladies du coeur et provoque près de 3000 décès pour cause cardiaque chaque année au Canada, selon une étude. Les gras trans sont au moins cinq fois plus nocifs, gramme pour gramme, que les gras saturés.

La Fondation des maladies du coeur soutient donc le député fédéral Pat Martin qui a demandé au gouvernement fédéral d'agir dès maintenant.