Les Canadiens sous-estiment leur poids, surestiment leur taille et évaluent difficilement ces données chez leurs enfants, révèle une étude de Statistique Canada publiée mercredi.

LA PRESSE CANADIENNE

La recherche indique que les taux d'obésité morbide chez les enfants sont erronés parce qu'ils sont la plupart du temps basés sur des informations fournies par les parents.

Le rapport grandeur/poids permet de déterminer si une personne souffre d'obésité morbide. Or, si l'une de ces données est fausse, le rapport s'en trouve tout aussi inexact.

L'étude indique qu'en moyenne, les parents sous-estiment le poids de leur enfant de 1,09 kilo, et leur taille de 3,3 centimètres.

Le rapport révèle également que, dans plusieurs cas, les enfants dont le poids avait été sous-estimé sont obèses. Ceux dont la taille avait été sous-estimée avaient quant à eux été qualifiés à tort d'obèses.

D'autres recherches ont démontré que si on se fie aux chiffres donnés par les adultes à propos d'eux-mêmes, on sous-estime la prévalence de l'obésité.