La Société des obstétriciens et des gynécologues du Canada est en train de réviser ses recommandations concernant la consommation d'alcool durant la grossesse. L'objectif est d'uniformiser les pratiques partout au pays.

Mis à jour le 31 mars 2009
Mathieu Perreault LA PRESSE

Au Québec, notamment, une brochure conçue par Educ'Alcool en collaboration avec le Collège des médecins recommande d'éviter de boire dès qu'on décide d'avoir un enfant, donc avant la conception, mais précise que «personne non plus ne devrait culpabiliser une femme enceinte qui choisirait de prendre un verre à l'occasion», une formulation absente au Canada anglais.«Il est bien établi que la consommation d'alcool pendant la grossesse mène à de graves problèmes de santé qui accableront le nouveau-né pendant toute sa vie», a affirmé le Dr Vyta Senikas, vice-présidente administrative associée de la SOGC, par voie de communiqué. «Quoi qu'il en soit, il existe des incohérences considérables en ce qui concerne la façon dont les professionnels de la santé abordent la prévention, tant pendant la grossesse qu'avant la conception».

En France, le Collège des obstétriciens a changé l'an dernier ses recommandations pour prôner le «zéro alcool». La nouvelle brochure française affirme que «les risques pour bébé apparaissent dès la première goutte de boisson alcoolisée».

On estime qu'entre un et six enfants sur 1 000 présentent à la naissance l'ensemble des troubles causés par l'alcoolisation foetale, allant des troubles d'apprentissage aux retards développementaux.

Début mars, une étude de l'Université d'État de New York à Syracuse montrait que l'alcool durant la grossesse augmente le risque que bébés aiment l'alcool quand ils seront rendus adolescents. L'étude était faite sur des rats, et mesurait notamment le réflexe de se lécher les lèvres, qui reflétait un goût pour l'alcool. Les femelles rats avaient reçu durant leur grossesse, à chaque jour, une quantité d'alcool équivalente à une alcoolémie de 0,08 chez l'humain. Pour une femme de 120 livres, cela équivaut à prendre deux consommations en 15 minutes, selon le calculateur d'alcoolémie d'Éduc'Alcool.