Les enfants qui mangent des sucreries tous les jours présentent plus de risques de devenir des adultes violents, selon une étude de chercheurs de l'université de Cardiff (pays de Galles) publiée jeudi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'étude, publiée dans le numéro d'octobre du British Journal of Psychiatry, est la première à examiner les effets de l'alimentation des enfants sur la violence à l'âge adulte.

L'analyse portant sur plus de 17.415 Britanniques nés en 1970, qui participent à une étude interdisciplinaire à long terme, a conclu que les enfants de 10 ans qui mangeaient des sucreries de façon quotidienne ont un taux de condamnation pour violences plus élevé entre 29 et 34 ans.

Les scientifiques ont observé que parmi les individus violents dans cette tranche d'âge, 69% avaient mangé des sucreries et des chocolats presque tous les jours dans l'enfance, tandis que chez les adultes non violents, seulement 42% avaient reçu une dose quotidienne de sucreries.

«Notre meilleure explication est que donner aux enfants des sucreries et des chocolats régulièrement pourrait les empêcher d'apprendre à patienter avant d'obtenir ce qu'ils veulent» et les pousser «à un comportement impulsif, étroitement associé à la délinquance», a indiqué Simon Moore, responsable de l'équipe scientifique.

«Accorder plus de ressources pour l'amélioration de l'alimentation des enfants pourrait avoir un effet bénéfique sur leur santé et réduire l'aggressivité», conclut l'étude.

Selon les chercheurs, le lien entre la consommation de sucreries et la violence demeure valide après correction des autres facteurs.

Ces conclusions ne font cependant pas l'unanimité. Julian Hunt, responsable de la communication de la Fédération britannique des industries alimentaires et des boissons (FDF), estime qu'il s'agit «soit d'absurdités complètes soit d'un très mauvais poisson d'avril».

«Les comportements antisociaux sont issus de facteurs sociaux très profonds et de l'environnement, comme une éducation déficiente, un manque d'autorité parentale, et ne sont pas lié au fait de manger ou non des bonbons dans l'enfance», a-t-il protesté.