L'Agence américaine de sécurité alimentaire (FDA) a refusé vendredi d'interdire l'utilisation dans les conteneurs alimentaires du composant chimique bisphénol A, estimant qu'il n'y avait pas assez de preuves scientifiques de sa toxicité pour l'homme.

Mis à jour le 30 mars 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le bisphénol A (BPA), composant chimique très répandu dans les boîtes de conserve, cannettes et bouteilles en plastique, est soupçonné, avec d'autres substances de type «perturbateurs endocriniens», d'augmenter le nombre des cancers dits hormono-dépendants, principalement du sein et de la prostate.

Une association écologiste américaine, la Natural Resources Defense Council (NRDC), avait déposé une demande d'interdiction du BPA auprès de la FDA. Le groupe avait cité des études montrant une possible responsabilité du composant dans des anomalies chromosomiques, des fausses couches, des maladies cardiovasculaires, du diabète ou encore des dysfonctionnements érectiles.

«La FDA a refusé la demande de la NRDC faute d'avoir à disposition des données scientifiques nécessaires pour changer la réglementation actuelle», a expliqué l'administration dans un communiqué.

«Il est évident que des études ont soulevé des interrogations sur le BPA, mais il existe encore de sérieux doutes sur leur solidité, en particulier sur l'impact du BPA sur les êtres humains», a ajouté le porte-parole de l'administration, Doug Karas.

Celui-ci a cité à l'appui plusieurs recherches conduites par la FDA démontrant que l'exposition des bébés au BPA étaient 84 à 92 % plus faible que ce que l'on soupçonnait.

«Les chercheurs qui avaient exposé des rongeurs femelles pleines à des taux 100 à 1.000 fois plus importants que dans les emballages alimentaires ne sont pas parvenus, huit heures après l'injection, à détecter du BPA dans leur foetus», a-t-il expliqué.

L'agence a tout de même précisé que sa décision n'était pas irrévocable et qu'elle continuerait à soutenir des recherches sur le BPA.

Le Canada avait été le premier pays en 2009 à interdire les biberons en plastique rigide fabriqués à partir de bisphénol A, une mesure reprise depuis par d'autres pays, dont la France et le Danemark. La France a depuis voté l'interdiction totale du BPA pour tous récipients alimentaires à partir de 2014 et dès 2013 pour les produits destinés aux enfants de moins de trois ans.

Tout en préconisant des mesures de précaution pour les femmes enceintes, l'Académie nationale de médecine en France avait regretté cette interdiction «précipitée», faute de produit de substitution fiable.