Une nouvelle étude réalisée au Royaume-Uni révèle que le vieillissement du cerveau peut être accéléré par des nuits trop courtes, mais également pas des nuits trop longues.

Publié le 6 mai 2011
RELAXNEWS

Annoncée le 1er mai et publiée dans la revue Sleep, l'étude portait sur la mémoire, le raisonnement, et le vocabulaire et a montré que 7 à 8% des personnes qui dorment plus de huit heures par nuit ont eu de moins bons résultats aux tests que ceux qui dormaient entre six et huit heures par nuit. Pour les personnes qui dormaient moins de six heures par nuit, 25% des femmes et 18% des hommes ont eu de moins bons résultats en vocabulaire et en raisonnement. L'étude a porté sur 5.431 hommes et femmes âgés de 35 à 55 ans.

«Le résultat principal de cette étude est que la dégradation du sommeil peut entraîner une baisse des fonctions cognitive après la cinquantaine», résume l'auteure principale de l'étude, Jane Ferrie, de l'University College London Medical School, dans un communiqué de presse.

«Le manque de sommeil chronique favorise la production d'hormones et d'éléments chimiques dans l'organisme, qui augmentent les risques de maladies cardiaques, d'attaques, d'hypertension, de diabète et d'obésité», ajoute-t-elle.

Après combien d'heures peut-on donc se réveiller sans risquer de maladies graves? L'idéal se situe à environ 7 heures d'un sommeil de qualité, d'après les chercheurs.

Une autre étude sur le sommeil, publiée en novembre dernier, insiste également sur le fait qu'il faut dormir le bon nombre d'heures d'un sommeil de qualité. Cette étude montrait que les personnes qui dorment environ 8 heures par nuit avaient une meilleure mémoire que les autres. Cette étude a été publiée dans la revue Current Directions in Psychological Science, de l'Association for Psychological Science.

Étude: www.journalsleep.org/ViewAbstract.aspx?pid=28123

Tutoriel: Comment bien dormir avec l'âge (en anglais)
www.howcast.com/videos/351798-How-To-Sleep-Well-As-You-Get-Older