Jouer aux jeux vidéo peut faire grossir non seulement parce que c'est une activité statique, mais aussi parce qu'on mange davantage après s'y être adonné, selon une étude menée par Jean-Philippe Chaput, chercheur et professeur à l'Université d'Ottawa, qui paraîtra en juin dans l'American Journal of Clinical Nutrition.

Mis à jour le 5 mai 2011
Marie Allard LA PRESSE

On a observé aux fins de l'étude 22 adolescents (âge moyen: 16,7 ans), en santé et de poids normal, à deux reprises. Ils ont joué seuls à la Xbox 360 ou se sont reposés, pendant une heure chaque fois. Un repas à volonté leur a ensuite été offert. «C'est la première étude qui montre que les jeux vidéo augmentent la prise alimentaire, d'un point de vue expérimental», a dit M. Chaput à La Presse.

Le rythme cardiaque, la tension artérielle, le tonus sympathique et la charge de travail mental des jeunes «étaient significativement plus élevés» après la séance de jeu, révèle la recherche. Les adolescents ont dépensé plus d'énergie en jouant (89 kilojoules de plus qu'au repos), mais ils ont mangé bien davantage au repas qui a suivi: 335 kilojoules de plus. L'impact des jeux vidéo sur la consommation alimentaire a perduré, si bien que, à la fin de la journée, ils avaient ingéré 682 kilojoules (ou 163 calories) supplémentaires. Ils n'ont pourtant pas déclaré qu'ils avaient plus faim.

«Dans la vraie vie, les jeunes peuvent jouer quatre ou cinq heures aux jeux vidéo, a indiqué le chercheur. Ils peuvent jouer avec des amis, et on sait qu'on mange plus dans un contexte social. Ils peuvent aussi manger pendant la séance de jeu, alors que nous ne leur donnions de la nourriture qu'après. La prise alimentaire réelle pourrait donc être plus grande encore.»

Le stress fait manger

Pourquoi manger plus après avoir combattu un ennemi virtuel ou conduit une voiture aussi intangible? «Notre théorie pour l'expliquer, c'est le stress mental accru», a répondu M. Chaput. La tension artérielle et le rythme cardiaque plus élevés prouvent que l'organisme subit un léger stress, généralement associé à une prise alimentaire supplémentaire.

«Manger, c'est une récompense ou une compensation pour le cerveau à la suite du stress subi, a expliqué le chercheur. On a souvent tendance à manger des aliments sucrés et gras. L'une de nos hypothèses, c'est que, à cause du travail mental, il y a une combustion du glucose, qui est le substrat principal du cerveau. Manger serait un mécanisme de réaction normal du corps pour refaire ses réserves de carburant afin de bien fonctionner.»

Et la Wii?

Prochain projet: étudier l'impact des jeux vidéo dynamiques comme la Wii. «On a tendance à prescrire les jeux vidéo actifs en se disant qu'on brûle plus de calories en les pratiquant, a relevé M. Chaput. Mais si les jeunes compensent en mangeant plus, on ne passe peut-être pas le bon message.»

Les Canadiens de 11 à 15 ans passent en moyenne six heures par jour devant un écran en dehors des heures de classe, selon le récent bulletin de Jeunes en forme Canada. Les week-ends, ce chiffre grimpe à plus de sept heures.