La plus importante étude jamais menée sur les traitements contre le syndrome de fatigue chronique remet en question la stratégie mise de l'avant par des groupes de patients - agir tranquillement n'est pas la meilleure solution; il faudrait plutôt faire de l'exercice et suivre une thérapie comportementale.

Publié le 18 févr. 2011
ASSOCIATED PRESS

Pendant des années, des groupes de patients ont déclaré que de tels traitements pouvaient être dangereux, faisant plutôt la promotion d'une stratégie connue sous le nom de rythme adapté. Il s'agit de s'adapter à la maladie en réduisant tout simplement le rythme d'activité. L'étude a cependant démontré que cette approche ne fonctionne pas. La recherche, dont les résultats ont été publiés vendredi dans la revue médicale The Lancet, a conclu qu'un changement de comportement et l'exercice semblaient réduire modérément la fatigue et améliorer les niveaux d'activité, tandis que la réduction des efforts et les traitements médicaux ne semblaient pas être d'une grande aide. Les conclusions de l'étude suggèrent également que cette maladie handicapante peut parfois être combattue avec succès.

L'un des co-auteurs de la recherche, Hans Knoop, qui est également psychologue clinicien au Centre d'expertise en fatigue chronique de Nijmegen, aux Pays-Bas, espère que l'étude convaincra davantage de gens que le syndrome de fatigue chronique peut être traité, et qu'il ne s'agit pas de quelque chose dont les individus seront atteints pour le reste de leur vie.

Dans le cadre de l'étude menée au Royaume-Uni, des chercheurs britanniques ont analysé les traitements habituels: la thérapie comportementale, qui utilise la psychologie pour combattre la peur de l'exercice; des exercices, comme la marche, pour obtenir un gain d'énergie; l'adaptation du rythme; les soins médicaux, incluant l'auto-diagnostic; et des médicaments pour l'insomnie ou la douleur.

Plus de 600 patients britanniques ont été divisé en quatre groupes, et chacun a appliqué une stratégie pendant six mois. M. Knoop a déclaré que la thérapie comportementale et l'exercice pouvaient aider les patients à améliorer leurs niveaux d'activité, mieux contrôler leurs symptômes et changer la façon dont ils voient leur fatigue. Malgré tout, les traitements n'ont aidé qu'environ 60 pour cent des patients et les chercheurs ne sont pas certains de la durée de l'effet obtenu.