La campagne de vaccination contre la grippe pandémique A(H1N1) a été au moins aussi rentable que celles qui visent la grippe ordinaire, selon une nouvelle analyse publiée cette semaine par le Journal de l'Association médicale canadienne. Le bilan de la pandémie est comparable à celui de la pandémie de 1968, ce qui, vu les avancées dans les traitements, signifie que la grippe A(H1N1) était plus virulente que celle d'il y a 42 ans.

Mis à jour le 21 oct. 2010
Mathieu Perreault LA PRESSE

«Quant au nombre d'année de vies perdues, on est au niveau des pires années de grippe ordinaire et de la pandémie de 1968», explique l'auteur de l'étude, Donald Low, infectiologue à l'Université de Toronto. «Le nombre de morts a été comparable à la grippe ordinaire, mais comme les trois quarts des victimes étaient jeunes, le nombre d'années perdues est beaucoup plus grand. «

L'été dernier, souligne le Dr Low, une analyse a révélé que le coût par année de vie sauvée de la campagne de vaccination était inférieur à 11 000$CAN. «C'est très bon», estime-t-il. En 2009, une étude ontarienne publiée dans Public Library of Science Medicine évaluait à 10 800$ le coût par année de vie sauvée des campagnes contre la grippe ordinaire.

Un graphique accompagnant l'analyse du Dr Low illustre l'impact de la vaccination. À ses débuts au mois de novembre, la pandémie a atteint son maximum d'hospitalisations à Toronto. Quand la proportion de la population immunisée a dépassé 30%, le nombre d'hospitalisations était sept fois moins élevé.

La pandémie de 2009 était certes moins importante que celle de 1918, la célèbre grippe espangole. Seulement 0,05% des patients infectés sont morts aux États-Unis, contre 1% à 3% pour la pandémie de 1918. «Mais il ne faut pas oublier que le nombre de décès réel est supérieur aux cas confirmés, dit le Dr Low. Plusieurs pays ne faisaient presque pas de tests, et même dans les pays développés, les critères pour les tests se sont resserrés au plus fort de la pandémie pour éviter d'engorger les laboratoires. Il faudra attendre les analyses à plus long terme sur la mortalité en excès pour avoir un portrait plus exact.»

Une analyse américaine de ce type a rapporté que le bilan de la pandémie était entre 25% et 300% fois plus élevé qu'une grippe ordinaire de force moyenne.