Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'université de Tel Aviv (TAU) montre que les jeunes hommes qui fument ont un QI moins élevé que ceux qui n'ont jamais fumé. L'étude a été publiée le 1er avril sur le site d'informations des amis américains de l'université de Tel Aviv.

Publié le 7 avr. 2010
RELAXNEWS

L'étude porte sur 20 000 soldats israéliens âgés de 18 à 21 ans, et démontre que plus une personne fume, moins son QI est élevé, et que les personnes avec un QI moins élevé sont également plus sujettes aux autres formes de dépendance, selon le professeur Mark Weiser, du département de psychiatrie de l'Université de Tel Aviv.

Le QI moyen des fumeurs est 90 chez les «gros fumeurs» et 94 chez ceux qui fument moins souvent. Leurs homologues non-fumeurs obtiennent des scores moyens de 101 aux tests de QI. Le QI moyen pour un jeune homme en bonne santé va de 84 à 116.

«Les personnes qui ont un QI moins élevé ont tendance à prendre de moins bonnes décisions concernant leur santé», analyse Mark Weiser.

Mark Weiser espère que ses travaux aideront les enfants à risque et qu'ils déboucheront sur davantage d'éducation sur les dépendances.

Plus d'infos: https://www.aftau.org/site/News2?page=NewsArticle&id=11971