Les parents impatients pourraient bientôt pouvoir connaître le sexe de leur enfant, dès sa conception. Une nouvelle étude publiée dans l'édition de janvier de la revue Federation of American Societies for Experimental Biology démontre qu'un simple test sanguin pourrait déterminer si l'enfant à naître sera une fille, ou un garçon.

LA PRESSE

Les recherches ont été effectuées par une équipe de scientifiques sud-coréens de l'Université KwanDong à Séoul. Selon le professeur Hyun Mee Ryu, l'analyse du ratio des enzymes DYS14 et GAPDH, présentes dans le sang de la mère, pourrait permettre d'identifier le sexe du foetus.

Pour l'instant, la majorité des géniteurs doivent attendre au deuxième trimestre avant d'assouvir leur curiosité. L'écographie est à ce moment le meilleur moyen pour bien voir les organes génitaux de leur futur enfant.

Cette nouvelle découverte serait plus sécuritaire que des tests comme le prélèvement de villosités choriales et l'amniocentèse, qui peuvent détecter le sexe de l'enfant dès la onzième semaine de grossesse, mais qui demeurent plus risqués.

L'étude a été réalisée grâce à l'analyse d'échantillons de sang prélevés à 203 femmes enceintes, au cours du premier trimestre de leur grossesse.

Plus de détails, en anglais : https://www.fasebj.org/content/26/1/250.abstract

Source: Federation of American Societies for Experimental Biology