Un pédiatre de Seattle, aux États-Unis, affirme que les émissions de télévision produites à l'intention des nourrissons, comme les DVD de Baby Einstein, pourraient bien causer davantage de tort que de bien.

LA PRESSE CANADIENNE

 

 

Le docteur Dimitri Christakis, qui a étudié 78 études menées au cours des 25 dernières années, soutient que la télévision, avec ses montages rapides, ses couleurs, ses sons et ses lumières clignotantes, stimule beaucoup trop les enfants de moins de deux ans.

 

Selon lui, une telle exposition à la télévision pourrait au moins expliquer partiellement le décuplement des troubles de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) au cours des 20 dernières années.

 

M. Christakis a déploré que malgré les avertissements continuels de l'Académie américaine de pédiatrie, neuf enfants de moins de deux ans sur 10 regardent la télévision régulièrement.

 

Il affirme qu'en 1971, les enfants commençaient à regarder la télévision en moyenne vers l'âge de quatre ans. De nos jours, ils commencent à regarder le petit écran dès l'âge de quatre à cinq mois en moyenne.

 

Le docteur Christakis a toutefois ajouté qu'une partie du blâme pouvait être jetée sur les scientifiques, en ce qui concerne les émissions de télévision produites spécifiquement pour les enfants. Les spécialistes ont bien informé les parents sur l'importance des premières années de l'enfance, mais certains parents sont devenus névrosés et obsédés avec l'idée d'avoir des enfants intelligents, a-t-il fait valoir.

 

En revanche, a-t-il poursuivi, cette situation a favorisé des industries qui font de ces parents leurs proies.

 

Les impacts de toute cette exposition à la télévision, d'un point de vue scientifique, ne seront pas connus avant plusieurs années, a-t-il indiqué. Mais selon lui, ils n'auront rien de très réjouissant.