Pour la 11e présentation, qui aura lieu du 18 au 28 février prochains, les organisateurs du Festival Montréal en lumière ont mis l'accent sur la surprise et la fantaisie. D'abord un pays invité, le Portugal, déjà bien connu des vrais amateurs de vins et de porto. Ensuite, une ville reconnue pour sa cuisine cajun, créole et fusion, La Nouvelle-Orléans.

Publié le 22 déc. 2009
Robert Beauchemin LA PRESSE

En choisissant ces deux lieux ensoleillés, des terres maritimes où le poisson et les fruits de mer règnent en maître et où les cuisiniers ont acquis une grande expertise dans l'art de les préparer, les organisateurs ont été à la fois audacieux et ludiques. En outre, le Portugal et La Nouvelle-Orléans ont en commun d'avoir été à la croisée de toutes les influences gastronomiques du monde occidental des cinq derniers siècles: le Portugal avec son empire commercial, le premier du monde européen à l'avoir fait par voie maritime, et La Nouvelle-Orléans, à la croisée des cultures espagnoles, françaises, africaines et américaines. Tout un mélange et tout un programme.

 

Que nous faudra-t-il surveiller cette année? Peu de noms réellement connus en dehors de leurs frontières, mais quelques stars dans leur pays d'origine: Fausto Airoldi, président d'honneur qui officiera pendant deux soirées du Président, au restaurant Ferreira les 19 et 20 février.

Parmi les chefs les plus en vogue du moment, il faudra surveiller Joachim Koerper, étoilé Michelin, le premier de la ville de Lisbonne, invité les 25 et 26 au Beaver Club.

Aussi, le jeune José Avillez, qui prendra les cuisines du Laurie Raphaël les 24 et 25. On dit qu'il est l'une des grandes surprises du moment au Portugal et qu'il brasse la cage des traditions avec ses expérimentations moléculaires.

Albano Lourenço, autre star en son pays, qui dirige un très grand restaurant de la chaîne Relais&Châteaux, cuisinera les 22 et 23 février à l'Europea. En tout, une délégation de plus de 30 personnes en provenance du Portugal, dont 18 chefs, qui seront reçus dans plus d'une vingtaine d'établissements montréalais dont le DNA, le Globe, le Portus Calle, la Porte, Nuances, Vertiges et Graziella.

De La Nouvelle-Orléans, six chefs virtuoses, dont le cajun Brian Landry. Ce dernier dirige le célèbre resto Galatoires, où furent inventées les huîtres Rockefeller. Installé au beau milieu du Carré français de la ville, ce restaurant existe depuis 104 ans. Ne vous inquiétez pas, on ne vous proposera pas un menu nostalgique, mais une cuisine rajeunie. Il sera reçu chez Julien du 18 au 20 février.

Une autre star, Donald Link, qui fait une cuisine délicate et moderne, libérée des règles de la vieille gastronomie des planteurs créoles. On le découvrira au Jolifou, dans le quartier Rosemont, le 24 février seulement.

Hors catégorie, le formidable catalan Sergi Arola, ancien de chez Gagnaire et Arzak, invité les 24 et 25 au Toqué!

Le 18 février, le chef mexicain de l'heure, Enrique Olvera Figueras, de Pujol à Mexico, sera au restaurant Raza.

Et il ne faut surtout pas manquer les Québécois. De Sherbrooke, Danny Saint-Pierre du resto Auguste (à la Fabrique les 22 et 23), Alain Labrie de la Table du chef (reçu chez Cuisine&Dépendance les 23 et 24), Geneviève Fillion du Bouchon (à l'Inconnu les 19 et 20 février), et enfin François Tourigny de La Table de Tourigny, à Georgeville (chez L'épicier le 18 février).

On peut encore mentionner des dizaines d'activités vinicoles, des dégustations et des rencontres, une soirée conviviale portugaise le samedi 20 février au marché Bonsecours, et ces petits menus du midi, qui font la preuve que même avec une table modeste, on peut faire partie de la fête. C'est le cas depuis de nombreuses années dans des restos aussi variés que Byblos, Rumi, Prato et le Salon Mogador.

Bref, encore une fois et pour une dizaine de jours, il faudra préparer son estomac pour le festival culinaire le plus populaire au Québec et, qui sait, peut-être aussi au Canada. En tout cas, pour toutes les activités où des chefs sont invités, nous ne saurions vous recommander de réserver au plus vite. Les places, très limitées, s'envolent rapidement.

514-288-9955 www.montrealenlumiere.com

 

Les suggestions de Marie-Claude Lortie

Sergi Arola chez Toqué!. Arola est un des grands chefs du moment en Espagne, moléculaire mais pas trop. À essayer les 24 et 25 février. 125$ par personne.

- L'Alentejo en cinq temps avec le chef Paulo Pinto au Decca 77, le 19 février. Seulement 30$ par personne. Une des bonnes affaires du festival.

- Josée Avillez chez Laurie Raphaël. 120$ par personne, les 24 et 25 février. Chef d'un restaurant mythique de Lisbonne. Prédiction: un des moments forts du festival.

- Danny St-Pierre à La Fabrique le 23 février. 45$ par personne. St-Pierre est rendu à Sherbrooke maintenant, on s'en ennuie un peu. Alors on en profite quand il passe.

- Leonel Pereira, les 19 et 20 février à La Porte. Ce chef portugais est étoilé. La Porte est un excellent restaurant montréalais trop peu connu. Combinaison gagnante. Prix raisonnables pour une telle occasion et deux options: 60$ ou 90$ par personne.