Blondes, rousses, noires, amères, maltées ou fruitées... Les brasseurs profitent de la chaleur de l'été pour lancer quantité de nouvelles bières, histoire de séduire les estivants qui prennent les terrasses d'assaut en quête de fraîcheur et de détente.

Publié le 16 juill. 2011
Alain McKenna, collaboration spéciale LA PRESSE

Bière Ô fruit!, Brasseur de Montréal, 4 x 341 ml, 4%

Les bières aromatisées ont la cote ces jours-ci. Tant les petits que les grands brasseurs rivalisent d'originalité en ajoutant fruits, épices ou d'autres ingrédients à leur brassin. Le Brasseur de Montréal ne fait pas exception, revisitant des classiques comme la bière aux cerises et aux pommes. Son paquet de quatre blanches propose aussi une bière à la framboise et une autre à l'orange. Douces et sucrées, elles ne redéfinissent pas le genre, mais pourraient surprendre plus d'un sceptique.

Chaman, Dieu du Ciel! , 341 ml, 8,5%

Amateurs des bières de la côte Ouest, réjouissez-vous! La brasserie Dieu du Ciel! s'est récemment mise à embouteiller la Chaman, une IPA impériale (ou IPA double) qui met beaucoup d'accent sur le houblon. On y détecte tout de même ce goût caramélisé du malt, ainsi que les notes florales plus subtiles du houblon. Il s'agit d'une bière forte étonnamment savoureuse qui s'approche un peu du vin d'orge.

Champenoise Impériale, Au Maître Brasseur, 341 ml, 8%

De façon générale, la champenoise est une bière qui fait un clin d'oeil plus ou moins prononcé à la méthode de production du vin mousseux. C'est pourquoi certains diront qu'il s'agit là du champagne de la bière. La champenoise impériale d'Au Maître Brasseur est certainement une bière digne de ce qualificatif, son goût étant particulièrement complexe, même si, en fin de compte, il demeure assez léger. C'est une ale belge blonde, pétillante et brouillée, au goût sucré et fruité, d'où est absente toute trace d'amertume.

Double De Bonsecours à l'érable, Brouhaha, 750 ml, 8,5%

Le bistrot-brasserie de la rue De Lorimier, à Montréal, embouteille de nouvelles bières depuis quelques mois, la plus remarquable du lot étant sans conteste la Double de Bonsecours à l'érable. C'est une sorte de double d'abbaye adoucie par l'ajout de sirop d'érable. On y trouve aussi des notes épicées de malt et de bois, avec très peu sinon pas d'amertume du tout. La finale est tout en érable elle aussi, sans exagérer.

Dulcis Succubus, Trou du Diable, 750 ml, 7%

Aussi rare que remarquable, la Dulcis Succubus est une bière de saison qui est particulièrement envoûtante, notamment parce qu'elle a été vieillie en fût de chêne ayant contenu un vin blanc botrytisé californien. Autrement dit, en plus de la saveur prononcée d'une bière rappelant une ale forte belge, cette bière à la fois dorée et ambrée est aussi caractérisée par des arômes de miel et de petits fruits qui trahissent son vieillissement particulier.

Ostalgia blonde, Hopfenstark, 750 ml, 5%

Cette microbrasserie est, dit-on, le secret le mieux gardé de L'Assomption, d'où elle vend ses Ostalgia blonde et rousse jusque dans les estaminets les plus branchés de New York. Elle est cependant peu connue au Québec, détail qu'on corrige à l'instant, car elle le mérite. Des deux, l'Ostalgia blonde est peut-être la plus surprenante, avec ses arômes épicés et fruités et sa saveur d'abord citronnée, puis alcoolisée et, finalement, assez amère. Ça ne l'empêche pas d'être superbement désaltérante, et avec un taux d'alcool assez modeste, ça en fait une charmante compagne de terrasse.

Rousse, Brasseurs du Monde, 341 ml, 5%

La rousse est sans doute la meilleure des bières embouteillées des Brasseurs du Monde. Rappelant les ales irlandaises, elle a des accents de caramel, de petits fruits et d'herbes qui illustrent bien l'équilibre de ses ingrédients. Ça en fait une excellente rousse, digne de remplacer des produits importés pour une fraction du prix.

St-Ambroise Pale Ale, McAuslan, 341 ml, 5%

La Pale Ale St-Ambroise du brasseur montréalais McAuslan n'est pas une nouveauté. Elle demeure un des secrets les mieux gardés de votre épicier. Cette pale ale d'inspiration américaine est plus douce qu'amère. Elle se compare avantageusement, côté goût, à ce qu'on trouve tant du côté des rousses que des blondes un peu plus légères. Ceux qui se demandent à quoi peut ressembler une bonne bière de microbrasserie, à l'aise sur la terrasse comme dans la chaloupe, n'ont pas à chercher plus loin.

Tartan ale, Alexander Keith's, 341 ml, 6,1%

Même si Alexander Keith's fait désormais partie de l'énorme multinationale AB-InBev, ça n'empêche pas ce brasseur de Halifax de cultiver ses racines canadiennes et écossaises. Tout à son honneur, d'ailleurs. Malgré des ratés (la Dark Ale, notamment), elle sait surprendre. La Tartan Ale est une de ces agréables surprises. Il s'agit d'une Scotch Ale sucrée, maltée et aucunement amère qui plaira à ceux qui en sont à leurs premières armes au-delà des lagers de très grande diffusion.

Vache Folle Double IPA Yeoman, Microbrasserie Charlevoix, 500 ml, 8%

La Microbrasserie Charlevoix propose toute une gamme d'India Pale Ales doubles, sous son étiquette Vache Folle. Leur particularité: chacune est fabriquée à partir d'un houblon bien précis, clairement indiqué sur l'étiquette. On en trouve pour tous les goûts, du caramel aromatique d'une Simcoe au goût prononcé d'herbes d'une Centennial. Toutes ont en commun une amertume fort prononcée, sauf peut-être la Yeoman, probablement la plus douce du lot à ce chapitre. Une bonne façon de se sortir du monde étroit de ces fameuses bières sans arrière-goût...