Cette fois, il n'y a pas eu de suspense. Malgré un effort désespéré d'Alex Harvey, le quatuor canadien n'a jamais été dans le coup, mercredi après-midi. Les joyeux lurons du fond canadien ont essuyé une première déception aux Jeux de Vancouver: septièmes du relais 4 x 10 kilomètres, une épreuve qui, espéraient-ils, les mènerait à une médaille olympique historique.

Mis à jour le 24 févr. 2010
Simon Drouin LA PRESSE

Tout était pourtant en place pour le grand jour: de l'humidité et d'épais flocons tombant en intermittence sur le parcours de Callahan Valley. Exactement ce qu'espérait le clan canadien, persuadé de détenir un avantage sur la connaissance du terrain.

Mais le train n'a jamais décollé. L'Ontarien Devon Kershaw, réputé pour ses premiers relais explosifs, n'était pas dans un grand jour. Il était 10e quand il a passé la main à Harvey. Surtout, le Canada concédait déjà 28 secondes à un groupe de cinq pays.

«Je n'étais peut-être pas suffisamment remis du relais sprint de lundi», a dit Kershaw, dépité et à court d'explications.

Harvey a joué son va-tout dès la première boucle de 3,3 km, fondant sur le groupe de tête. Il l'a eu en point de mire, mais n'a jamais été en mesure de retrancher les 10 secondes manquantes. Il n'a jamais revu les meneurs.

Dès la montée suivante, il était cuit. Il a bouclé son relais au neuvième rang, à 52 secondes de la tête.

«Je suis parti trop vite, mais on n'avait pas le choix, a expliqué le fondeur de 21 ans peu après son relais. On ne court pas pour la cinquième place aujourd'hui. On savait ce qu'on voulait, je savais ce que j'avais à faire. C'est juste que j'ai explosé.»

L'athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges a ajouté qu'il n'avait aucun regret: «J'aime mieux finir 50 secondes derrière les leaders en ayant explosé que 50 secondes sans avoir essayé.»

Impériaux à la poursuite, les Suédois ont poursuivi leur domination, s'imposant par une bonne marge. Le coup d'éclat de la fin de course a été réalisé par l'ogre norvégien Peter Northug, qui a comblé un déficit de 36 secondes dans la dernière boucle. Les Tchèques ont pris le bronze, au grand déplaisir des Français, qui avaient réussi un superbe numéro.

À l'analyse, les Canadiens, cinquièmes aux derniers Mondiaux de Liberec, ont gaspillé une belle occasion. Dans des conditions piégeuses, Harvey a qualifié ses skis de classique (sans cire) de «fantastiques». Et Ivan Babikov, troisième relayeur, avait la forme. À preuve, il a réalisé le deuxième chrono de son groupe. Mais la course était déjà jouée. Le vétéran George Grey n'avait plus qu'à assurer la septième place. «On doit être fiers de ce qu'on a fait aujourd'hui. C'est notre meilleur résultat aux Jeux olympiques. Ça regarde bien pour l'avenir», a dit le vétéran de 30 ans.

Place maintenant au 50 km classique de dimanche prochain, en clôture des Jeux olympiques. Alex Harvey, médaillé de bronze sur cette distance à la Coupe du monde de Trondheim, la saison dernière, vise les 10 premiers. «Cette fois, je vais commencer avec les leaders, a-t-il souligné. On verra la météo, mais j'ai hâte de le faire pour prendre ma revanche.»

Photo: AFP

Le Suédois Marcus Hellner transporte le drapeau de son pays après avoir remporté sa deuxième médaille d'or des Jeux.