A quelques jours de la fin des Jeux olympiques de Vancouver, la porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie d'ouverture, Clara Hughes, estime qu'Alexandre Bilodeau serait le choix idéal pour s'acquitter de cet honneurs lors de la cérémonie de clôture, dimanche.

Mis à jour le 26 févr. 2010
Jim Morris LA PRESSE CANADIENNE

«J'appuie totalement Alex, a écrit vendredi dans un courriel à La Presse Canadienne la patineuse de vitesse longue piste.

«Il est une véritable inspiration pour moi et sa médaille luit autant que le soleil dans le ciel. Pas seulement parce qu'il s'agit d'une première médaille d'or en sol canadien, mais pour qui il est.»

En récoltant l'or en ski acrobatique, le spécialiste des bosses est devenu le premier athlète canadien à être courronné champion olympique au Canada. Il a aussi gagné le coeur des Canadiens après son triomphe en rendant hommage à son frère Frédéric, atteint de paralysie cérébrale.

Après sa victoire, Bilodeau a fait un don de 25 000 $ à l'Association canadienne des centres de santé pédiatrique pour la recherche sur la paralysie cérébrale.

La patineuse artistique Joannie Rochette, gagnante de la médaille de bronze à l'issue d'une courageuse prestation quelques jours seulement après le décès de sa mère, est elle aussi une candidate de choix.

Toutefois, malgré l'impressionnante force démontrée par la jeune femme, le caractère festif de la cérémonie de clôture ne serait peut-être pas indiqué dans les circonstances.

«C'est ce que j'ai vu de plus inspirant dans ma vie!» a écrit sur Twitter Sami Jo Small, une ancienne gardienne de but médaillée d'or.

«Joannie devrait être la porte-drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture. Elle représente le meilleur de nous-même!» poursuit Small.

La chef de mission du Canada, Nathalie Lambert, se fait plus nuancée.

«Je pense qu'il faut respecter chacun des athètes. Joannie a livré une performance extraordinaire, tout à fait inspirante. Tout comme Alex l'a fait, et Hayley Wickenheiser, et Kristina Groves, et Maelle (Ricker).

«Plusieurs moments ont été uniques, des moments qui ont inspiré les gens de différentes façons. Je crois qu'il faut penser à tout le monde.»

Le choix du porte-drapeau reviendra à Lambert et à ses adjoints, Joé Juneau et Steve Podborski.

Chris Rudge, le directeur général du Comité olympique canadien, rappelle que la performance d'un athlète n'est qu'un des facteurs intervenant dans le choix final.

«C'est plutôt subjectif. On étudie la prestation de l'athlète pendant les Jeux, les relations qu'il entretient avec les autres membres de la délégation et aussi, qui peut être perçu comme un leader par ses pairs.»

La décision sera annoncée samedi soir ou dimanche.

Le Manitobain Jon Montgomery, médailllé d'or en skeleton, est lui aussi un candidat potentiel, comme l'est Kristina Groves, d'Ottawa, gagnante de deux médailles en patinage de vitesse longue piste.

Quant à Ricker, sa victoire dans l'épreuve du snowboard cross a fait de cette résidente de Squamish, en Colombie-Britannique, la première athlète canadienne à remporter l'or à domicile.

Wickenheiser, la capitaine de l'équipe de hockey féminin, a pour sa part mis la main sur sa troisième médaille olympique lorsque le Canada a blanchi les Etats-Unis 2-0 en finale.

A Turin, en 2006, l'honneur était allé à la patineuse longue piste Cindy Klassen, quintuple médaillée olympique.

Quatre ans plus tôt, à Salt Lake City, le choix s'était arrêté sur les patineurs artistiques Jamie Sale et David Pelletier.

Myriam Bédard, double médaillée d'or en biathlon, est la dernière Québécoise à avoir hérité de ce rôle, en 1994, à Lillehammer.