Arsenal-Barcelone, finale de 2006, sera l'affiche des quarts de finale de la Ligue des champions, pour un choc riche en émotions pour Thierry Henry, qui, il y a quatre ans, jouait encore pour les Gunners.

Mis à jour le 19 mars 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Emilio Butragueño, ambassadeur de la finale du 22 mai à Madrid, fut le maître d'oeuvre d'un tirage qui a livré le Bayern à Manchester United, le CSKA Moscou à l'Inter Milan et a débouché sur un duel fratricide français avec Lyon-Bordeaux.

Comme on se retrouve! Arsenal et Barcelone étaient en finale de la Ligue des champions le 17 mai 2006 et les Catalans l'avaient remporté 2 à 1. «Ce match marquera le retour de Thierry Henry pour affronter son ancienne équipe», a tout de suite lâché Txiki Begiristain, secrétaire général du Barça.

«Ce sera très dur contre Arsenal, cela va nous obliger à donner le maximum a commenté Piqué. J'aime beaucoup le jeu d'Arsenal, basé sur la circulation et la possession de balle, comme le nôtre. Ils sont arrivés en demi-finale de la Ligue des champions la saison dernière et ont encore des options cette année pour le titre en Angleterre. Quant à Fabregas (Catalan formé au Barça chez les jeunes), c'est le joueur le plus important de l'équipe, il porte le jeu.»

Wenger: «Nous ne serons pas favoris»

«J'imagine que nous ne serons pas favoris, mais pour moi ce sera un match à 50-50, c'est comme cela que nous devons le prendre, a de son côté analysé Arsène Wenger. Ce sera un match intéressant, excitant. Le plus important est de nous focaliser sur nos adversaires, pas de les admirer. Le jour J, si on arrive à donner le meilleur de nous-mêmes, on a une chance».

Jose Mourinho, qui est parvenu à faire de l'Inter un des favoris après son coup d'éclat contre Chelsea en huitièmes, a été verni au tirage avec le petit poucet, le CSKA Moscou.

En revanche, le Bayern de Ribéry et Robben a tiré un des clubs dont personne ne voulait, Manchester United et le poison Rooney.

Ce match aura un parfum de revanche pour les Bavarois, qui restent encore marqués par le terrible dénouement de la finale de la C1 en 1999 et les deux buts inscrits par les Red Devils dans les arrêts de jeu (2-1).

«C'est un tirage au sort difficile, car Manchester United est à mes yeux favori pour remporter la compétition au même titre que le Barça», a glissé Louis van Gaal, entraîneur du Bayern.

Mais Van Gaal voit une lueur d'espoir: «Les équipes anglaises jouent toujours le jeu et cela sera un avantage pour nous, car habituellement, nos adversaires ne pensent qu'à défendre contre nous».

Duel franco-français

«Cela sera difficile de battre Manchester, mais c'est un beau défi, a admis son capitaine Van Bommel. Manchester United est l'un des plus grands clubs d'Europe, précisément comme le Bayern Munich. Le seul point négatif, c'est que nous les recevons à l'aller.»

«Il y aura une ambiance fantastique dans les deux matches, s'est félicité de son côté Alex Ferguson, manageur des Red Devils. Le Bayern a un beau stade, une bonne pelouse, et nous opposera une équipe expérimentée.»

La France, elle, a eu droit à un quart de finale aux allures de championnat domestique. Ce tirage peu exotique lui garantit la présence d'une équipe en demi-finale, ce qui n'était plus arrivé depuis le Monaco entraîné à l'époque par Didier Deschamps en 2004. «On prend Lyon ou Lyon prend Bordeaux. J'aurais préféré tomber sur un autre club», a laconiquement déclaré Laurent Blanc, entraîneur bordelais.

Une projection en demi-finale laisse présager un Inter, contre, a priori, le Barça, tenant du titre, et c'est Manchester United qui devrait, si la logique est respectée, hériter du rescapé français.

* * *

Le programme des quarts de finale de la Ligue des champions:

Inter Milan (ITA) - CSKA Moscou (RUS) - Aller le 31 mars, retour le 6 avril

Arsenal (ENG) - FC Barcelone (ESP) - Aller le 31 mars, retour le 6 avril

Bayern Munich (GER) - Manchester United (ENG) - Aller le 30 mars, retour le 7 avril

Lyon (FRA) - Bordeaux (FRA) - Aller le 30 mars, retour le 7 avril