L'Impact n'a pas encore pris son envol, mais il ne fait plus du surplace. Après deux défaites consécutives, le onze montréalais a obtenu le point du match nul au terme de 90 minutes sans le moindre but, samedi soir, sur le terrain des Strikers de Fort Lauderdale.

Mis à jour le 29 mai 2011
Pascal Milano LA PRESSE

Sans victoire en NASL depuis le 1er mai, l'Impact reste englué en septième position, à trois points de son adversaire floridien. Surtout, ce match n'a pas servi d'électrochoc tant annoncé. Dans ces conditions, s'agit-il d'un point de gagné ou deux de perdus pour les Montréalais?

«Dans notre situation, ce sont deux de perdus parce qu'on a besoin de points, a indiqué l'entraîneur montréalais Marc Dos Santos. Mais les matchs nuls sur la route sont bons tant et aussi longtemps que tu gagnes à la maison.

«Ce sera important que l'on mette notre armure de guerrier face à Edmonton. On a joué cinq de nos sept premiers matchs à l'extérieur et cela renforce l'idée que c'est à partir de samedi que l'on va devoir répondre.»

Dans une première mi-temps pauvre en occasions et assez terne, la première menace est venue des pieds de Reda Agourram. Après avoir repiqué dans l'axe à la 26e minute, le jeune attaquant a expédié sa frappe à la droite du but de Matt Glaeser. Six minutes plus tard, le gardien américain a repoussé une volée sans contrôle d'Idriss Ech Chergui.

À défaut de trouver le cadre montréalais, Fort Lauderdale a multiplié les tentatives lointaines. Eduardo Coudet s'est notamment signalé sur un coup-franc d'environ 20 mètres, puis sur une frappe tout juste à l'extérieur de la surface dans les arrêts de jeu.

«En première demie, les deux équipes se respectaient beaucoup et avaient un peu trop peur de perdre, a commenté Dos Santos. Ce sont deux équipes qui cherchaient de la confiance et cela a donné un match de contre-attaque.»

Encore le poteau

Comme la semaine dernière à Tampa, l'Impact a de nouveau touché les poteaux adverses. Bien décalé par Anthony Le Gall, Ech Chergui a frappé la barre transversale de Glaeser à la 48e minute. Mais ce bon début de deuxième mi-temps n'a pas été annonciateur d'une domination montréalaise.

L'animation offensive de l'Impact a encore été déficiente.

«Par moments, on était l'équipe la plus forte, mais il nous manque encore de la créativité dans le dernier tiers, a reconnu l'entraîneur montréalais qui était privé d'Ai Gerba, blessé. Il faudra travailler cela.»

L'Impact s'est même fait peur par la suite. À la 72e minute, Martin Nunez a reçu le ballon dans le dos de la défense montréalaise avant d'expédier sa frappe au-dessus. Ce même Nunez est passé à quelques centimètres de chiper le ballon à Bill Gaudette qui tentait de le dribbler dans la surface.

Camara capitaine

En l'absence de Nevio Pizzolitto et avec David Testo sur le banc, Hassoun Camara arborait le brassard de capitaine. Le vocal joueur français a également disputé un premier match en milieu de terrain. S'il a livré une prestation convaincante, son partenariat avec Amir Lowery ne l'a pas vraiment été. Ce qui pourrait mener à de nouveaux changements dans l'entrejeu.

«Camara vient de recommencer à jouer, mais je suis très confiant de ce qu'il pourra apporter à l'équipe. J'ai trouvé que Lowery n'avait pas connu un bon match pour la deuxième fois de suite. Dans ces cas-là, tu dois voir une autre option et Antonio Ribeiro en est une.»