Quand ce n'est pas Devon Kershaw, Alex Harvey ou Chandra Crawford, c'est Len Valjas. Le Torontois de 23 ans a mené l'équipe canadienne de ski de fond vers un 10e podium cet hiver, terminant troisième du sprint classique de Stockholm, mercredi après-midi.

Mis à jour le 15 mars 2012
Simon Drouin LA PRESSE

Deuxième une semaine plus tôt en Norvège, Valjas signe ainsi son deuxième podium en Coupe du monde. «Je savais que le parcours était similaire, mais ça reste une surprise», a indiqué le géant de 1 m 98, qui s'entraîne au Mont-Saint-Anne sous la gouverne de Louis Bouchard, l'entraîneur d'Harvey.

Valjas a connu une journée particulière. Il a d'abord été le 30e et dernier qualifié pour les rondes éliminatoires, évitant la coupe par trois centièmes. Il avait fait l'erreur d'utiliser des skis de style libre. «J'ai essayé la double poussée, mais mes bras se sont trop fatigués», a-t-il expliqué. Par la suite, il a pris le troisième rang de sa vague demi-finale, mais il a été repêché grâce à son temps.

En finale, Valjas a repris deux concurrents dans le dernier faux plat montant, dont le Norvégien Ola Vigen Hattestad, le même qu'Harvey avait coiffé un an plus tôt aux Mondiaux d'Oslo. «Je me suis entraîné fort toute l'année et je suis vraiment emballé par la façon dont je finis», a confié Valjas, cinquième du sprint de Kuusamo en début de saison.

Ironiquement, Harvey, 14e mercredi, croit que son talentueux coéquipier aurait intérêt à être plus assidu à l'entraînement. «Il a le talent pour performer en distance aussi, ça va venir, il va juste falloir qu'il s'entraîne un peu plus, a affirmé le Québécois. Ce n'est pas lui qui a le plus le goût de s'entraîner... Il a le talent et la tête pour le sprint. Il est toujours relax, jamais stressé. On savait que le podium allait arriver un jour ou l'autre. Tant mieux que ce soit arrivé dès cette année.»

Éliminé en quart de finale, Harvey n'avait pas le goût de s'apitoyer même s'il est déçu de son résultat à ce dernier sprint de la saison. La courte distance (1,1 km) ne le favorisait pas, a expliqué l'athlète de 23 ans. «Je me sentais vraiment bien, mais la course a été assez tactique. Je préfère les sprints qui durent autour de 4 minutes et celui-ci faisait 2 m 15. Les vrais sprinteurs n'ont pas le temps de se fatiguer. Dans la dernière ligne droite, je n'étais juste pas assez rapide.»

Harvey préférait voir le verre à moitié plein, soulignant sa «bonne opération» au classement cumulatif du minitour, qui se poursuivra de vendredi à dimanche à Falun, à deux heures au nord de la capitale suédoise. Parmi les prétendants au podium final, seuls le Suisse Dario Cologna (13e) et le Suédois Marcus Hellner (11e) l'ont devancé. Virtuellement assuré de conserver sa deuxième place au classement général de la saison, le Canadien Devon Kershaw occupe pour sa part la 19e place après le sprint de Falun.