Après quatre mois et demi dans ses valises, Alex Harvey a hâte de retrouver les siens à Saint-Ferréol-les-Neiges. Mais pas avant de mettre la touche finale à cette première saison de Coupe du monde où il a parcouru le circuit de A à Z.

Mis à jour le 13 mars 2012
Simon Drouin LA PRESSE

«À ce stade-ci de la saison, c'est surtout d'avoir le goût de te mettre un dossard sur le dos et d'avoir vraiment le goût d'aller te battre. Moi, j'ai encore le goût. Je ne suis pas écoeuré de faire des courses. Des compétitions, j'en ai jamais assez», a assuré Harvey en entrevue téléphonique depuis Oslo, lundi.

Couché sur une table à massage, il cherchait encore à reprendre des forces après l'éprouvant marathon de 50 kilomètres de samedi à Holmenkollen, le rendez-vous de l'année en ski de fond. Pour Harvey, la course mythique s'est transformée en un long calvaire physique et moral de plus de deux heures et demie. Un an après avoir goûté à la gloire des Mondiaux sur les mêmes pistes, il a fini 29e, son pire résultat de la saison sur une épreuve de distance.

«Parfois, en fin de saison, la forme change d'un jour à l'autre», a souligné Harvey, qui digère quand même mal cette déconvenue après avoir fini troisième sur 30 km une semaine plus tôt en Finlande. «Personne n'est frais à 100 pour cent et tout le monde traîne de la fatigue. Des fois, il y a des journées où ça ne va juste pas.»

L'athlète de 23 ans espère renverser la vapeur dès mercredi lors d'un sprint à Stockholm, première étape de la finale de la Coupe du monde, un minitour qui se poursuivra de vendredi à dimanche à Falun. En Suède, il retrouvera son père Pierre, qui verra son fils en action en Europe pour la première fois. La légende canadienne du ski de fond a d'ailleurs signé deux de ses trois victoires en Coupe du monde à Falun, dont sa première en 1987.

En plus de décrocher des succès individuels, Alex vise à surpasser Maxim Vylegzhanin au sixième rang du classement cumulatif. Quatrième à Holmenkollen, le Russe dispose d'une priorité de 30 points. Le Québécois espère se démarquer au sprint de Stockholm, spécialité qui ne sourit pas à Vylegzhanin.

«Les formats de courses me conviennent. Si je me sens bien, je devrais être dans le coup», a jugé Harvey au sujet des quatre dernières courses de la saison.

Le Canadien Devon Kershaw tentera pour sa part de conserver sa deuxième position. L'Ontarien de 29 ans détient une avance de six points sur le Norvégien Petter Northug Jr, qui a raté les six dernières étapes. Éprouvé par des maux d'estomac, ce dernier annoncera mardi s'il s'aligne ou non au sprint classique de Stockholm, qui a nécessité le transport de 4000 mètres cubes de neige.

Harvey et Kershaw reviendront à Québec lundi pour clore leur saison dans le cadre des championnats canadiens du Mont-Sainte-Anne et des plaines d'Abraham