Devon Kershaw continue de briller sur tous les terrains. Troisième du 15 kilomètres classique il y a 10 jours en Estonie, le fondeur canadien a pris le troisième rang du sprint libre de la Coupe du monde de Moscou, jeudi. Ses compatriotes Alex Harvey et Len Valjas ont aussi bien fait, terminant respectivement neuvième et 12e de l'épreuve de 1,5 km.

Mis à jour le 2 févr. 2012
Simon Drouin LA PRESSE

«Je suis surpris et content», a confié Kershaw au téléphone alors qu'il rentrait à l'hôtel après la cérémonie du podium. «Je suis plus confortable dans les épreuves de distance. Je ne sais jamais si je vais avoir la vitesse pour rivaliser avec les meilleurs sprinters du monde. J'ai hâte d'avoir un meilleur résultat, mais d'un autre côté, deux troisièmes places consécutives, ce n'est pas mauvais!»

Auteur du meilleur temps des qualifications pour la deuxième fois de sa carrière, Kershaw s'en voulait d'avoir laissé filer la victoire en finale. L'Ontarien de 29 ans a pris la tête en attaquant sur une petite bosse avant la dernière ligne droite. Avec 100 mètres à faire, il s'est fait déborder des de chaque côté par le Suédois Teodor Peterson et le Norvégien Anders Gloeersen, respectivement premier et deuxième. Il a néanmoins réussi à maintenir sa vitesse pour tenir en respect le Russe Nikolay Morilov, l'un des meilleurs de la spécialité.

«Quand j'ai vu que j'étais premier au-dessus du petit pont, je me suis dit: je vais gagner. Mais Teodor et Gloeersen sont les plus forts du monde. Moi, je n'étais pas assez fort, même si j'estime que j'avais une bonne pointe de vitesse. Je suis un peu déçu parce que je pensais avoir la forme pour gagner», a confié Kershaw, qui a complété la finale en 3:09.00, à six dixièmes du gagnant Peterson.

Sur ce long parcours balayé par le vent, Kershaw estime avoir laissé un peu trop d'énergie dans ses courses de quart et de demi-finale, qu'il a menées presque de bout en bout. Après un mauvais départ en finale, il s'est encore une fois pointé en tête avec 1000 m à faire.

«Mes tactiques n'étaient pas super bonnes aujourd'hui», a estimé celui qui pointe maintenant à la quatrième place du classement général de la Coupe du monde. «Pour espérer gagner, tu dois choisir une tactique. Je croyais que c'était la bonne, mais ce n'était pas le cas.»

Kershaw, qui revendique maintenant neuf podiums en Coupe du monde, était enthousiasmé par la prestation de ses compatriotes Harvey et Valjas, qui ont tous deux atteint les demi-finales. Opposé à Kershaw dans la première vague, Harvey s'est fait surprendre dans la petite montée et a dû se contenter du cinquième rang. Son chemin a bien failli s'arrêter en quart de finale quand il a brisé un bâton. Un entraîneur canadien a cependant été en mesure de lui en redonner un autre quelques pas plus loin.

Pour Harvey, il s'agissait d'un deuxième top 10 consécutif en sprint après sa quatrième position en Estonie. Au classement général, il a surpassé le Tchèque Lukas Bauer, absent aujourd'hui, pour s'installer au septième rang.

Len Valjas, partenaire d'entraînement d'Harvey à Saint-Ferréol-les-Neiges, a confirmé sa place parmi les meilleurs sprinters au monde en atteignant la demi-finale. Cette 12e place est son meilleur résultat individuel de la saison.

Chez les femmes, les Canadiennes Dasha Gaïazova (22e) et Perianne Jones (24e) n'ont pas franchi les quarts de finale. Chandra Crawford (36e), championne olympique de la discipline en 2006, ne s'est pas qualifiée.

Les meilleurs fondeurs se retrouveront cette fin de semaine à Rybinsk, à 300 km au nord de Moscou, pour deux épreuves de Coupe du monde, un 15 km libre départ de groupe, samedi, et une poursuite de 30 km (15 km classique + 15 km libre), dimanche.

«On espère de bons résultats, mais on ne sait jamais, il y a beaucoup de monde qui sont rapides en Coupe du monde, a indiqué Kershaw. Chose certaine, on sait que la forme est là maintenant.»