C'est clair, Devon Kershaw n'avait pas les capacités pour suivre le longiligne Suédois Marcus Hellner sur l'Alpe Cermis, hier.

Simon Drouin LA PRESSE

L'Ontarien de 29 ans n'a cependant pas démérité en maintenant sa quatrième place au classement général du Tour de ski, un sommet pour un Canadien.

«Ce n'est pas bon du tout, a tranché Kershaw, septième l'an dernier. Les jambes... tout était cassé. C'était dur mentalement aussi: je savais que j'étais proche du podium, mais Hellner était tellement fort. Je l'ai suivi pendant 400-500 mètres, mais après, c'était trop difficile. C'était de la survie. La course comptait seulement 9 kilomètres, mais je me sentais comme dans un 90 km, a-t-il poursuivi. Les secondes passaient comme des heures...»