Chandra Crawford attendait cette course depuis longtemps. Spécialiste du style libre, l'Albertaine n'avait pas eu l'occasion de disputer son sprint préféré dans un rendez-vous majeur depuis sa victoire-surprise aux Jeux olympiques de Turin, en 2006. Une blessure et un principe d'alternance l'en avaient empêchée. Aux derniers JO de Vancouver, elle avait dû se contenter du 26e rang en classique.

Simon Drouin LA PRESSE

L'anticipation était donc à son comble pour ce sprint libre des Mondiaux d'Oslo, hier après-midi. Coup de malchance, Crawford a été éliminée en quart de finale, victime d'un accrochage avec la Polonaise Justyna Kowalczyk. Cette dernière a pilé sur un ski de la Canadienne à mi-parcours.

Crawford a préservé son équilibre tant bien que mal, mais c'en était fait de ses chances de remonter le peloton. «Super malchance, a réagi l'athlète de 27 ans quelques minutes plus tard. Je suis vraiment déçue parce que j'étais prête à le faire. J'étais super confortable, j'économisais mon énergie, j'aurais presque pu siffler en skiant...»

Consolée par son papa, Crawford gardait le sourire. Ce sera pour la prochaine fois. Vraisemblablement aux Jeux de Sotchi, dans trois ans.

Le meilleur résultat canadien a été l'oeuvre de Daria Gaïazova, 20e. La Québécoise d'origine russe a elle aussi vu son parcours s'arrêter en quart. Elle était en plein coeur d'une lutte à quatre jusqu'à ce qu'elle prenne le mauvais couloir à l'approche de l'arrivée. Elle s'est retrouvée coincée derrière une Norvégienne.

«J'ai fait une bonne course, avec le bon rythme, une bonne stratégie... jusqu'aux 10 dernières secondes. J'ai fait une grosse erreur», a admis Gaïazova, qui est plus à l'aise en classique.

Après une pause aujourd'hui, le ski de fond reprend à Oslo avec la poursuite féminine de 15 km demain.