À l'aube du septième et dernier match de la finale de la Coupe Stanley opposant les Bruins de Boston aux Canucks de Vancouver, ce soir, nous avons demandé à nos experts de se prononcer sur l'issue probable du duel. Voici leurs prédictions et, surtout, leurs explications.

LA PRESSE

Des Canucks imprévisibles

Mathias Brunet

Voilà une prédiction bien embêtante à faire. D'abord parce que tout peut arriver au cours d'un septième match. Ensuite parce que les Canucks, Roberto Luongo en tête, sont imprévisibles. Ils sont capables du meilleur comme du pire. Tim Thomas, de son côté, est d'une extraordinaire stabilité, et il mériterait le trophée Conn-Smythe peut importe le dénouement du match. Par contre, le match a lieu à Vancouver, où les Canucks ont eu beaucoup plus de succès qu'à Boston. À preuve, le total des buts: 17-3 Bruins à Boston et 5-2 Canucks à Vancouver. Je n'ai pas aimé voir les Canucks se faire dominer physiquement comme ils l'ont été à Boston. Si les Bruins peuvent jouer avec la même fougue, ils auront le meilleur. Ils ont certes l'avantage psychologique. Toute la pression du monde repose sur les épaules de Luongo à la suite de ses déclarations maladroites et du fait qu'il a échoué dans le sixième match. Pour tous ces facteurs, je choisis Boston. Prédiction: victoire des Bruins

* * *

Photo: AP

Brad Marchand

La foi en Roberto

Richard Labbé

Ce n'est sans doute guère prudent de favoriser les Canucks de Vancouver pour ce septième match. Leur réputation est déjà faite, n'est-ce pas? Mous. Fragiles. Pas capables de gagner le proverbial «gros match». Bref, entre des Canucks qui s'étouffent et des Bruins qui ont le vent en poupe, le choix devrait être clair. Et pourtant, je favorise ceux qui s'étouffent. Parce que les Sedin ne peuvent pas être neutralisés sept fois de suite. Parce que l'avantage de la glace. Et parce que Roberto. C'est son moment. C'est sa scène. Il en rêve depuis trop longtemps pour s'écrouler bêtement. Et puis, dans un match immense comme celui-là, souvent, c'est le talent brut qui finit par trancher. Alors ce sera les Canucks. Il le faut. Pour un club trop bon pour rater sa chance, mais aussi pour un gardien trop talentueux pour offrir une autre performance désastreuse. Prédiction: victoire des Canucks



* * *



Photo: Reuters

Roberto Luongo

Je préfère les Bruins

Philippe Cantin

J'ignore quelle équipe soulèvera la Coupe Stanley ce soir. Mais je sais une chose: les gagnants, peu importe leur nom, ne passeront pas à l'histoire. Les Bruins et les Canucks se situent loin derrière les Blackhawks de l'an dernier, les Penguins de 2009 ou les Red Wings de 2008. Ces équipes combinaient talent et détermination, la recette habituellement nécessaire pour remporter la Coupe. Cette année, on aura droit à la victoire d'un club possédant une seule de ces qualités. D'un côté, les Canucks, qui ont des joueurs doués, mais d'une mollesse consternante. Leurs trois défaites à Boston par un score combiné de 17-3 (!) en fournissent l'illustration. Les statistiques ne disent pas toujours tout, mais celle-là parle vrai. De l'autre, les Bruins, qui carburent à l'adrénaline mais manquent d'imagination. Entre les deux, je préfère les Bruins et leur sympathique gardien, Tim Thomas. Ce soir, il pourrait être le nouveau héros de cette grande ville de sports. Prédiction: victoire des Bruins



* * *

Photo: AP

Tim Thomas

Un capitaine européen va soulever le précieux trophée...

François Gagnon

Qui va gagner le septième match? Facile! Du moins en apparence. Car si la tendance se maintient, les Canucks vont l'emporter. Après tout, Roberto Luongo a blanchi les Bruins deux fois à Vancouver, où il n'a accordé que deux petits buts aux oursons. À moins que ce ne soient les Canucks qui sont plus peureux à Boston qu'à Vancouver. Mais avec une série aussi folle, avec Luongo qui a été si mauvais à Boston et Tim Thomas qui a été aussi bon, qui peut vraiment dire comment le match ultime se déroulera? Ce qui est certain, c'est qu'un capitaine européen soulèvera la Coupe et que rendu le 15 juin, on ne devrait pas avoir à se poser ce genre de question. Surtout que d'ici deux à trois semaines, il faudra faire son nid sur les chances du Canadien d'accéder aux séries et sur celles de P.K. Subban de marquer plus de buts que Scott Gomez... Prédiction: victoire des Canucks

* * *



Photo: PC

Henrik et Daniel Sedin

Les exemples fusent

Marc Antoine Godin

Il n'y a pas que l'avantage de la patinoire qui puisse sauver les Canucks de Vancouver dans cette série de «homers». S'il est une leçon que les présentes séries nous ont donnée, ce n'est pas que le momentum ne se transportait pas de match en match; c'est que lorsque l'opinion publique croit une équipe battue, celle-ci confond les sceptiques. En première ronde, les Bruins ont senti la lame de la guillotine à la veille du septième match face au Canadien. On doutait - même à Boston - qu'ils puissent trouver les ressources pour résister au Tricolore. Ils l'ont fait. Vingt-quatre heures plus tôt, personne n'avait cru aux chances des Canucks de freiner la remontée des Blackhawks. Ils l'ont fait. Il y a aussi les Sharks qui lèvent le doigt pour vous rappeler leur septième match face aux Red Wings. Bref, les exemples fusent. Pas grand-chose ne m'allume chez les Canucks. Roberto Luongo et les frères Sedin ne m'ont pas convaincu. Mais moins il y aura de gens pour les choisir, plus je croirai en leurs chances. Prédiction: victoire des Canucks

Photo: AP