Cédric Paquette aurait préféré disputer son premier match dans l’uniforme du Canadien au Centre Bell. Mais avec plus de 60 joueurs présents au camp d’entraînement, il est le premier conscient que « tout le monde ne peut pas jouer tous les matchs ».

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Qu’à cela ne tienne, le nouveau numéro 13 du CH s’élancera samedi soir sur la glace du Scotiabank Arena de Toronto, où le Tricolore amorcera son calendrier préparatoire contre les Maple Leafs de Toronto.

Paquette ne s’en cache pas. Il est arrivé au camp « plus nerveux » que lorsqu’il évoluait avec le Lightning de Tampa Bay, dont il a été le quatrième centre désigné pendant plusieurs saisons.

À Montréal, son rôle n’est pas encore complètement défini. Il auditionne présentement pour le poste de quatrième centre du club, quoiqu’il pourrait bien se retrouver à l’aile de la même unité. Ou encore devenir, malgré lui, l’attaquant de trop au moment d’amorcer la saison.

C’est pourquoi il veut « faire bonne impression dès le début » de la rencontre à Toronto. « Garder ça simple, jouer [sa] game, résume-t-il. On va voir ce qui va se passer. »

Paquette pilotera ce qui, le temps d’un match, sera le troisième trio du Canadien, au centre d’Alex Belzile et de Mathieu Perreault, qui a lui aussi joint l’organisation au cours de l’été.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LAPRESSE

Mathieu Perreault

Perreault se retrouve, à certains égards, dans une situation similaire à celle de son compatriote. Il a été employé à toutes les sauces au cours des sept saisons qu’il a passées à Winnipeg. Malgré la force de frappe offensive qu’on retrouve au sein du top 6 des Jets, il a su conserver sa place au sein de l’avantage numérique.

Dans une nouvelle équipe plus équilibrée sur les ailes, il est lui aussi conscient que rien ne lui est acquis. « J’ai abordé chaque camp de ma carrière avec la même mentalité ; j’ai toujours quelque chose à prouver, a-t-il dit samedi après l’échauffement matinal. J’ai toujours joué du mieux que je peux et ç’a toujours fonctionné pour moi. Je veux faire la différence à chaque présence. Je veux laisser mon talent et ma façon de jouer dicter ce qui se passera ensuite. »

Réunis au sein du même trio depuis le début du camp, les Québécois Perreault, Paquette et Belzile souhaitent « apporter de l’énergie », élément-clé du succès des deux premiers à ce jour dans la LNH.

L’entraîneur-chef Dominique Ducharme a d’ailleurs manifesté son appréciation de la polyvalence de ses deux vétérans. « On sait ce qu’ils peuvent apporter dans beaucoup de situations, a-t-il dit. Ça va être bien de voir de les voir dans un vrai match, mais on aime ce qu’ils font depuis le début du camp. »

En plus de Paquette, on retrouvera dans la formation de samedi Ryan Poehling, compétiteur direct pour le poste de quatrième centre. Ducharme a d’ailleurs admis qu’il aurait « assurément » un œil sur le choix de premier tour du CH en 2017, qui se retrouve avec une véritable « occasion de faire sa place dans notre équipe ».

« La balle est dans son camp », a-t-il ajouté.

Un autre qui sera surveillé de près sera Arber Xhekaj. Jamais repêché, le défenseur de 20 ans, membre des Rangers de Kitchener, dans la Ligue junior de l’Ontario, est à la recherche d’un premier contrat professionnel. Il s’est présenté au camp des recrues à titre de joueur invité et a fait son chemin jusqu’au camp principal. Il sera en uniforme en soirée et complétera un duo avec Xavier Ouellet.

Sans se perdre en compliments, Ducharme a noté son physique imposant (6 pi 4 po et 219 livres), son profil résolument défensif, son jeu « assez physique » ainsi que sa bonne capacité à faire « une première passe ». « Maintenant, est-ce qu’il sera capable de s’adapter au niveau professionnel ? On veut qu’il nous démontre qu’il peut le faire », de conclure l’entraîneur.

La rencontre entre le Canadien et les Maple Leafs s’amorcera à 19 h.

Gallagher de retour dimanche

Dans un autre ordre d’idées, on s’attendait à voir Brendan Gallagher de retour sur la glace du complexe Bell de Brossard, samedi matin, mais il rejoindra plutôt l’équipe à l’entraînement lundi. Absent depuis le début du camp pour des raisons familiales, l’ailier droit ne disputera pas le match intraéquipe de dimanche après-midi.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Brendan Gallagher

C’est également lundi qu’on devrait revoir le défenseur Joel Edmundson, blessé.

Dominique Ducharme a par ailleurs indiqué que la blessure au bas du corps subie par Mike Hoffman avant le début du camp devrait lui faire manquer quatre semaines d’activités, ce qui signifie qu’il pourrait rater quelques rencontres au début de la saison.

La situation semble similaire pour Carey Price, dont il semblait acquis qu’il serait de retour à temps pour amorcer le calendrier 2021-2022.

« Ça vaudra peut-être la peine qu’ils manquent un, deux ou trois matchs pour s’assurer qu’ils soient de retour à 100 % et que leur blessure soit derrière eux », a commenté Ducharme.