Ce n'est pas parce que Winnipeg a retrouvé son club de hockey que Québec va aussi retrouver le sien. Voilà, en gros, le message qu'a livré le commissaire Gary Bettman, dimanche, avant le match d'ouverture des nouveaux Jets au MTS Centre.

Mis à jour le 9 oct. 2011
Richard Labbé LA PRESSE



Bettman était l'invité du propriétaire des Jets, Mark Chipman, et il a profité pour faire le point sur le succès de Winnipeg... et aussi pour offrir une autre mise en garde aux partisans de Québec.

«Nous savons qu'il n'y a pas un manque d'intérêt (pour obtenir un club de hockey), que ce soit au Canada ou aux États-Unis, a commencé par dire le commissaire. Mais comme je l'ai déjà dit, nous n'avons pas d'équipe à déménager.

«À Winnipeg, un nouvel aréna était essentiel, et cet aréna a été construit au moment où il n'y avait aucun plan d'expansion de la LNH. Mais la communauté a déterminé que c'était important d'avoir un nouvel aréna, pour les spectacles entre autres. Au-delà du hockey, un aréna, c'est important pour une ville... Je suis au courant de la volonté des Québécois pour obtenir un nouvel aréna, mais je ne peux faire de promesses, parce que nous n'avons pas d'équipe à déménager. Je ne veux pas que les gens aient des attentes.»

Gary Bettman a de plus confirmé que l'épineux dossier d'un nouveau propriétaire en Arizona n'est toujours pas réglé. «Ça demeure un travail en cours, nous avons deux investisseurs potentiels, et nous tentons de savoir si ça peut fonctionner», a ajouté le commissaire.