Trois buts en trois attaques massives ont permis au Lightning de vaincre les Bruins 5-4, d'éviter l'élimination qui les guettait et de forcer la tenue d'une septième et décisive partie qui sera disputée vendredi à Boston.

Mis à jour le 26 mai 2011
François Gagnon LA PRESSE

Comme il l'avait fait deux fois déjà aux dépens des Bruins, le Lightning s'est rapidement inscrit au pointage. Après une mise en jeu importante gagnée par Vincent Lecavalier aux dépens de Chris Kelly à la gauche de Tim Thomas, Teddy Purcell a déjoué le gardien des Bruins avec un puissant tir.

> Le sommaire du match

Marqué dès la 36e seconde de jeu, ce but a donné des ailes au lightning qui, appuyé par des partisans survoltés, a pris l'entier contrôle du jeu.

Un contrôle que Dwayne Roloson a bêtement échappé. De retour devant le filet de son équipe après une soirée de congé lundi, à Boston, le vétéran gardien a accordé un vilain but sur un tir de loin de Milan Lucic. Un tir puissant et précis, mais un tir que Roloson se devait d'arrêter, même si son défenseur Victor Hedman, utilisé comme écran, lui a compliqué la tâche.

Ce but des Bruins a gelé le Lightning. Mais les Bruins n'ont pas su en profiter. Ou pas assez.

Boston a gaspillé deux attaques massives consécutives alors que Ryan Malone et Eric Brewer se sont succédé au cachot. La troupe de Claude Julien a toutefois doublé son avance avant la fin du premier tiers.

David Krejci a profité d'erreurs de Stamkos et Brewer à la ligne bleue pour enfiler son 8e de la saison.

La période médiane a bien mal commencé pour Tampa alors que Victor Hedman a été chassé pour bâton élevé.

Sans surprise aucune, les Bruins ont encore gaspillé cette belle occasion de creuser l'écart.

Pointés du doigt par Guy Boucher pour leur sévérité à l'endroit du Lightning, les arbitres ont finalement puni les Bruins après trois pénalités imposées à Tampa.

Limité à deux buts en 18 attaques à cinq par les Bruins et blanchi (0 en 9) lors des trois derniers matchs, le Lightning n'en demandait pas tant.

Seize secondes après la mise en jeu, Martin St-Louis faisait payer à Denis Seidenberg sa pénalité pour double-échec et nivelait les chances.

Pour la deuxième fois du match, Eric Brewer a été chassé.

Et vous savez quoi? Les Bruins ont encore flanché.

Cette quatrième attaque à cinq de suite bousillée a moussé à quatre petits buts en 60 attaques massives (6,66 %), le taux de médiocrité des Bruins depuis le début des séries. Pis encore, après cet avantage numérique envolé, les Bruins se sont retrouvés avec une fiche de 0 en 25 sur la route depuis le début des séries.

Lamentable!

À l'autre bout de la patinoire, le Lightning a fait payer chèrement aux Bruins leurs écarts de conduite: Teddy Purcell a profité d'un mauvais déplacement de Tim Thomas pour redonner l'avance aux siens pendant l'absence de Rich Peverley. Victime d'un 3e but sur 11 tirs seulement, Thomas a fracassé son bâton sur la patinoire.

Les Bruins ont évité le pire en fin de période alors qu'Andrew Ference s'est retrouvé au banc des pénalités.

Mais dès le début de la troisième période, Steven Stamkos, dès la 34e seconde de jeu, donnait une avance de 4-2 aux siens.

On pensait le match terminé.

Eh bien non.

David Krejci, sur une passe magnifique de Nathan Horton, a permis aux Bruins d'enfin marquer en attaque à cinq alors que Vincent Lecavalier était puni.

Il était tard, mais il était encore temps.

Sauf que Martin St-Louis, dès la reprise du jeu, a redonné une avance de deux buts au Lightning en complétant un bel échange amorcé par Stamkos et Downie.

Les Bruins, grâce au premier tour du chapeau de Krejci en carrière en séries éliminatoires, ont refusé d'abdiquer.

Malgré le rappel de Tim Thomas à la faveur d'un sixième attaquant au cours des 60 dernières secondes, les Bruins n'ont pu niveler les chances.

Pour la quatrième fois depuis le début des séries, Tampa a donc évité l'élimination. Après l'avoir trois fois aux dépens des Penguins qu'ils ont éliminés en première ronde, le Lightning pourra répéter l'exploit une cinquième fois, vendredi, alors que les deux équipes se croiseront pour une septième et dernière fois à Boston.