Tomas Plekanec a peut-être été blanchi de la feuille de pointage lors du premier match, mais son travail colossal en défensive de même que la demi-douzaine de bonnes chances de marquer dont il a bénéficié ont conduit Jacques Martin à encenser le travail du centre tchèque.

Publié le 15 avr. 2011
Marc Antoine Godin LA PRESSE

«C'était peut-être l'un des meilleurs matchs que j'aie vu de lui depuis que je suis son entraîneur, a soutenu Martin. Vous allez me dire qu'il n'a pas récolté de point, mais son trio - avec Michael Cammalleri et tantôt Travis Moen, tantôt Andrei Kostitsyn - est celui qui a obtenu le plus de chances de marquer. Il a fait de l'excellent travail.

«Ça prend un travail d'équipe pour gagner, a poursuivi l'entraîneur. Certains ont marqué des buts, d'autres ont bien joué sans la rondelle pour contrer les meilleurs joueurs adverses.»

Par ailleurs, Plekanec a eu maille à partir avec son compatriote David Krejci de même qu'avec le Slovaque Zdeno Chara dans le premier match.

Un coup de bâton du premier, en deuxième période, lui a brisé une dent. Plekanec a d'ailleurs raconté l'incident en cachant mal ses inimitiés pour le centre des Bruins.

Quant à Chara, qui lui a littéralement sauté dessus en fin de match, Plekanec a perçu cela comme de la pure frustration.

«Je ne lui ai rien dit, je ne faisais que me battre pour la rondelle et un petit harponnage vers la rondelle l'a touché, a-t-il expliqué. J'ai ensuite chuté... et Chara ne m'a pas laissé me relever!»

Spacek de plus en plus à l'aise

Le Canadien a eu congé d'entraînement, vendredi, et cinq joueurs se sont rendus à Wilmington, en banlieue de Boston, pour participer à un exercice facultatif.

Il s'agissait des défenseurs Jaroslav Spacek, Paul Mara et Yannick Weber, de l'attaquant Jeff Halpern et du gardien Alex Auld.

Spacek, qui n'est revenu au jeu qu'avec seulement deux matchs à jouer au calendrier régulier, a senti le besoin de chausser les patins afin de retrouver son synchronisme. «Je commence à me sentir confortable, a-t-il confié. Le match de jeudi a évidemment été le plus difficile depuis mon retour. Le niveau d'intensité ne se compare même pas. Mais au moins j'ai pu démontrer que j'étais capable de survivre!»

Par ailleurs, Halpern continue de prendre du mieux mais, en dépit de ses progrès, Jacques Martin n'a pas voulu indiquer s'il avait des chances d'être inséré dans la formation lors du deuxième match.

Tout va bien avec Kostitsyn

Même s'il a raté presque une période complète après avoir été atteint à un pied par un tir de Zdeno Chara, Andrei Kostitsyn ne traîne aucune séquelle de cette petite blessure. Il sera à son poste samedi.