L'échange de Jaroslav Halak aux Blues de St. Louis en juin a surpris bien des gens dans le monde du hockey. Mais pas Ken Holland.

Richard Labbé LA PRESSE

Holland, directeur général des Red Wings de Detroit, estime que le Canadien n'avait pas le choix d'échanger l'un de ses gardiens avant le début de la prochaine saison. Même si ce gardien était le favori des fans montréalais.

«Pierre Gauthier n'avait pas le choix, parce que le plafond salarial ne permet pas de garder deux bons gardiens avec la même équipe, a commenté Holland, hier à Toronto lors du Sommet mondial du hockey. C'est la réalité du marché d'aujourd'hui. Les dirigeants sont payés pour prendre des décisions difficiles, et c'est ce que Pierre Gauthier a fait.»

L'échange de Halak, héros des dernières séries à Montréal, n'a pas étonné Holland, qui a lui-même déjà dû prendre une décision similaire.

«J'ai échangé un héros des séries moi aussi. En 1997, (le gardien) Mike Vernon avait été notre héros, mais je l'avais échangé deux semaines après notre conquête de la Coupe Stanley. Je devais choisir entre lui et Chris Osgood, et j'ai choisi Osgood parce qu'il était le plus jeune. La décision n'a pas été facile, mais je n'avais pas le choix. On aimerait toujours garder tous nos joueurs, mais c'est impossible. C'est la nature de la convention collective. Et parfois, il faut échanger des joueurs populaires.»

On ne rira plus de la division Centrale

Halak parti, Holland croit que toute la pression sera sur les épaules de Carey Price, qui n'a toujours pas signé un contrat avec le Canadien. En plus de faire oublier Halak, Price devra prouver qu'il mérite bien le titre de gardien numéro un.

Selon Holland, le jeune gardien du Canadien est capable de composer avec cette pression. «Il n'aura pas le choix, ça fait partie du jeu. Si on ne peut pas composer avec la pression dans la Ligue nationale, c'est peut-être parce qu'on ne fait pas le bon métier. Quand on est dans cette ligue, c'est parce qu'on est capable de gérer la pression.»

Les Blues n'ont pas pris part aux dernières séries, mais selon le DG des Red Wings, le scénario risque d'être différent cette saison.

«Avec Halak, je pense que les Blues vont être des séries cette saison. Ils ont un club constitué de bons jeunes joueurs, des gars qui sont en voie de devenir très bons.

«Je pense aux Erik Johnson, Patrik Berglund, David Perron, TJ Oshie... C'est un club qui a un bel avenir, selon moi.»

Selon Holland, les jours où l'on riait de la division centrale de l'Association de l'Ouest sont terminés. «Les Blackhawks ont gagné la Coupe Stanley, les Predators ont un bel avenir, les Blue Jackets aussi... Avant, tout le monde regardait notre division de haut. Ce n'est plus le cas.»