Des fois, je me demande si Pierre Gauthier ne le fait pas exprès.

Mis à jour le 17 août 2010
Richard Labbé LA PRESSE

Voyons un peu. Depuis qu'il est (confortablement?) assis dans le siège du DG, Gauthier s'est permis des décisions, disons, un brin étranges. Il a échangé le héros des séries, et peut-être le joueur le plus populaire du CH la saison dernière, Jaroslav Halak, contre un Danois inconnu.

À Hamilton, il a remplacé l'excellent Guy Boucher par un type qui a raté les séries à ses deux dernières saisons à la barre d'un club de la Ligue américaine. Quand le polyvalent Éric Bélanger a appelé au Centre Bell pour offrir ses services, Gauthier lui a dit non, prétextant des problèmes de plafond salarial.

Là, avec un club qui compte sur un gros total de deux joueurs québécois, Gauthier se permet d'échanger Cédrick Desjardins, 24 ans, gardien d'avenir et auteur du meilleur taux d'arrêt (,919) dans la LAH la saison dernière, contre... rien.

En fait non, ce n'est pas vrai. Le Canadien a obtenu un certain Karri Ramo dans cet échange. Vous ne le connaissez pas? Normal. Ce sympathique gardien finlandais a disputé 24 matchs avec le Lightning en 2008-09. Mais il n'a jamais remis les lames dans la LNH depuis, passant la dernière saison en Russie, dans la KHL.

Puisque vous me le demandez, voici la fiche de Ramo en trois saisons sur notre continent: 35-63-15. Non, ce n'est pas avec des chiffres comme ça qu'on fait craquer les portes du Temple de la renommée à Toronto. Le pire, c'est que Ramo a encore une année de contrat à écouler dans la KHL.

Pour Desjardins, évidemment, c'est fabuleux. Il va retrouver dans l'organisation du Lightning un entraîneur qui l'adore en Guy Boucher et il aura très certainement la chance de jouer avec le grand club sous peu.

Pour le Canadien, par contre, c'est moins fabuleux. À quoi pensait Pierre Gauthier, au juste? À protéger Carey Price? À s'assurer que personne ne soit en mesure d'offrir un peu de compétition au Sauveur lors du camp d'entraînement?

À moins que le DG montréalais n'ait autre chose en tête. Un échange pour amener un autre gardien à Montréal, par exemple. Ça se peut.

Le plus heureux dans cette histoire, c'est Price. Le numéro un par défaut. Imaginez un peu: toujours sans contrat, mais plus personne pour lui voler sa place au sein de l'organisation en bleu, blanc et rouge. La belle vie, quoi. À bien y penser, son agent doit être tout aussi heureux. Qui aura le beau jeu à la table des négociations, vous croyez?

En attendant, Cédrick Desjardins pour Karri Ramo, ce n'est pas exactement le genre de nouvelle qui va faire souffler un vent de sympathie en direction du Centre Bell. Je sais bien que Pierre Gauthier n'est pas là pour se faire des amis, mais parfois, on dirait qu'il se balance un peu de sa clientèle.

Reste à voir ce que Geoff Molson va en penser si jamais le Canadien ne joue plus à la mi-avril.