Peu de gens s'étonneront que Bob Gainey quitte le poste de DG du Canadien.

Mis à jour le 9 févr. 2010
Marc Antoine Godin LA PRESSE

Mais que le changement se produise à trois semaines de la date-limite des transactions - voilà qui a de quoi étonner.

«Je préférais partir un peu trop tôt plutôt qu'un peu trop tard», a expliqué Gainey lors d'une conférence de presse qui a confirmé son départ ainsi que la nomination de son successeur, Pierre Gauthier.

«La pause olympique sera une excellente occasion pour Pierre de prendre place et de préparer le reste de la saison», a fait valoir Gainey.

«Je laisse l'équipe que j'aime le plus entre les mains de l'homme en qui j'ai le plus confiance.» Gauthier, qui était l'adjoint de Gainey depuis juillet 2006, devient DG d'une équipe de la LNH pour la troisième fois de sa carrière.

Il a déjà été aux commandes des Sénateurs d'Ottawa (1995-98) et des Mighty Ducks d'Anaheim (1998-2002). C'est lui qui avait embauché Jacques Martin à Ottawa.

«C'est un gestionnaire de hockey chevronné», a décrit Pierre Boivin, ajoutant que Gauthier n'était pas nommé sur une base intérimaire.

Les entraîneurs ne savaient rien

À la période des Fêtes, Gainey a signifié à Pierre Boivin qu'il ne solliciterait pas un nouveau mandat à titre de DG.

«Je n'étais pas totalement surpris», a indiqué le président, qui dit avoir mûrement réfléchi le processus menant à son remplacement.

«Je n'ai pas fait de rencontres, mais j'ai fait mes devoirs. Le candidat que nous avions à l'interne partait avec une longueur d'avance.»

Une fois que le Canadien eut établi que Gauthier serait l'homme de la situation, la transition s'est effectuée rapidement. Une affaire de 30 jours, essentiellement.

«Il n'y a rien de pire qu'une période de flottement», a mentionné Boivin.

Le Tricolore a voulu présenter ce processus comme ayant été harmonieux. Or, Jacques Martin et son groupe d'entraîneurs n'ont eu vent de rien au cours du dernier mois.

L'entraîneur-chef a appris le départ de son supérieur après que les médias eurent été convoqués.

«À la période des Fêtes, Bob m'avait prévenu que Pierre serait plus souvent autour de l'équipe, a expliqué Martin. Mais il n'y a eu aucun autre avertissement.»

Gainey conseillera Gauthier

Pierre Boivin a insisté pour dire que la famille Molson n'a jamais réduit la marge de manoeuvre de Gainey. Que les nouveaux propriétaires lui ont laissé les coudées franches.

«Cela dit, a plus tard confié Boivin à La Presse, c'est certain que de grandes questions auraient été abordées s'il était resté au terme de cette saison.»

Gainey a expliqué que son départ était lié à son degré d'engagement envers l'équipe.

«Être DG requiert une vision et un engagement à long terme que je ne me sentais pas préparé à assumer pour les prochaines années, a expliqué Gainey.

«J'ai fait de mon mieux. Maintenant, il est temps de passer le flambeau.»

Gainey quitte alors que le CH est sixième dans l'Association Est avec une fiche de 28-26-6 et 62 points en 60 matchs.

Il demeurera au sein de l'équipe à titre de conseiller spécial à Gauthier. Mais la l'ampleur de cette tâche reste à déterminer.

«Je veux reprendre le contrôle de mon temps, a précisé Gainey. Qu'est-ce que je ferai avec? Je vais peut-être jouer du piano...»

L'ancien numéro 23 laisse comme bilan un pourcentage de victoires de 56,9% et deux rondes éliminatoires gagnées en cinq ans.

Halak ne devrait pas partir

Gainey et Gauthier ayant travaillé conjointement depuis plus de six ans, il serait surprenant que l'on assiste à un changement radical de philosophie.

«Il y a 11 joueurs qui sont arrivés l'été dernier provenant de neuf équipes différentes, a rappelé Gauthier. Il y a une identité et une chimie à bâtir.

«Le changement et l'amélioration viendront de là.»

Le nouveau DG change toutefois le discours en ce qui a trait aux gardiens de l'organisation.

Plus question d'accommoder Jaroslav Halak en lui donnant la chance de devenir gardien numéro un ailleurs.

«Quand Jaroslav ne jouait pas beaucoup, c'est sûr qu'il y avait une certaine frustration de sa part, a convenu Gauthier.

«Mais les gardiens sont l'une de nos forces. Nous en avons deux jeunes et solides qui nous donnent une chance de gagner à tous les soirs.

«C'est une force que l'on aimerait conserver dans les dernières semaines de la saison.»

Depuis plus de 15 ans, DG et entraîneurs se sont succédé chez le Canadien en évoquant l'objectif de faire les séries et le rêve de gagner la Coupe Stanley.

Pierre Gauthier voudrait positionner son équipe autrement.

«L'étape la plus importante à franchir est de nous placer dans le premier tiers des équipes de la ligue, a mentionné Gauthier.

«On veut être parmi celles qui, année après année, pensent à ce qu'elles vont faire en séries au lieu d'être dans le milieu à essayer de se tailler une place.»

Gauthier a en outre confirmé que le choix du prochain capitaine s'effectuerait l'été prochain.

Enfin, Gauthier continuera d'occuper le poste de directeur du recrutement professionnel qu'il détient depuis son arrivée au sein de l'organisation en 2003.