L'ex-joueur étoile du Canadien Jean Béliveau a été hospitalisé mercredi soir après avoir été victime d'un malaise. Le plus illustre capitaine de l'histoire du Tricolore est toujours sous observation, mais sa vie n'est pas en danger a affirmé son épouse, Élise Béliveau.

Mis à jour le 21 janv. 2010
Daphné Cameron LA PRESSE

M. Béliveau, qui est âgé de 78 ans, a été admis au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) où il a subi une batterie de tests médicaux. Selon un bref communiqué émis par l'hôpital jeudi soir, sa condition est stable.

«On ne sait pas du tout ce qu'il a, les médecins n'ont rien confirmé encore», a expliqué à La Presse en début de soirée, Élise Béliveau. «C'est sûr que j'ai eu peur... mais il n'est pas en danger du tout.»

La direction du Tricolore a également confirmé l'hospitalisation de son ambassadeur, mais a donné peu de détails sur les circonstances de son malaise.

Ce n'est pas la première fois que l'ex-numéro 4 de la Sainte-Flanelle est en proie à des problèmes de santé. En décembre 2008, Béliveau avait été hospitalisé quelques heures après avoir subi une chute de pression alors qu'il assistait aux funérailles de l'ex-jésuite Paul Aquin. L'athlète a également souffert de problèmes cardiaques dans les années 1990. Au cours de sa carrière, ses médecins lui ont diagnostiqué un problème d'arythmie cardiaque.

Béliveau a aussi combattu un cancer de la gorge qui l'a miné il y a une dizaine d'années. Croisé au Centre Bell lors des cérémonies entourant le centenaire et lors de récents matchs du Canadien, le Grand Jean affichait une bonne forme compte tenu de son âge.

Jean Béliveau a joint les rangs du Canadien de Montréal en 1950. Il a joué 18 saisons avec l'équipe. Le centre a compté 507 buts en saison régulière et a remporté la Coupe Stanley à dix reprises. Il est le seul joueur de la LNH à avoir remporté ce trophée à autant de reprises après Henri Richard, le frère du «Rocket». Son chandail a été retiré le 4 octobre 1971, quelques mois après sa retraite.

L'ex-joueur professionnel de hockey a également collectionné les honneurs au cours de sa carrière. Il a d'ailleurs été intronisé au Temple de la renommée en 1972. Au fil des ans, Béliveau s'est également illustré grâce à son travail de philanthropie, notamment au sein de la Fondation Jean Béliveau. En 2008, l'Université Laval a souligné ses accomplissements en lui remettant un doctorat honoris causa. Récemment, il a fait quelques apparitions dans le film Pour toujours, les Canadiens.

Avec François Gagnon